Si ce message ne s'affiche pas correctement cliquez ici


. Regroupement des coordinateurs du fait religieux les 31 mars et 1 avril

30 coordinateurs de la mission enseignement et religions se réunissent pendant deux jours au secrétariat général de l’Enseignement catholique.
Ces journées de formation animées par Dominique Moreau seront l’occasion de faire le point sur l’année en cours.
Au programme : travaux de groupe dans l’esprit des états généraux de l’Enseignement catholique, échanges avec Jean-Yves Baziou, doyen de la faculté de théologie à Lille et François Bousquet, vice recteur à la recherche de l’Institut catholique de paris. Enfin une visite conférence de l’exposition Chagall et la Bible.

. Colloque à l’IESR
Le ministère de l'Éducation nationale organise un colloque national sur l'enseignement des faits religieux dans une école laïque les 21 et 22 mars 2011 à Paris, avec l'Institut européen des sciences et des religions. L'objectif du colloque est de faire le point sur cet enseignement, inscrit depuis 2001 dans les programmes de l'école primaire, du collège et du lycée. Ce colloque vise aussi à : mettre cet enseignement en perspective avec d'autres expériences européennes ; analyser l'apport du nouvel enseignement d'histoire des arts dans l'étude des faits religieux.

. Notre école a-t-elle un coeur ?
Un essai engagé loin des polémiques.
Evelyne Martini a longtemps enseigné les lettres modernes dans de nombreux grands lycées. Devenue inspectrice d’Académie, elle a pu aller à la rencontre de nombreux professeurs et de nombreux élèves. Elle écrit un essai courageux, loin des polémiques faciles et caricaturales, et témoigne de son expérience.
Donner du "sens" à l’école.
Son intuition ? Le système scolaire français a cessé d’assumer une tâche primordiale : celle qui consiste à aider les élèves à se construire un espace interne et singulier, qui en fasse des personnes plus justes et plus spirituelles.
Au-delà de la transmission des connaissances, l’école doit apporter "le sens de quelque chose de plus élevé et de plus intérieur."
Evelyne Martini est agrégée de lettres modernes et inspectrice d’académie de l’Éducation nationale à Paris. Spécialiste de l’enseignement du fait religieux, elle a participé à de nombreux ouvrages sur l’enseignement des religions à l’école, notamment avec François Boespflug, et dans le cadre de l’Institut supérieur des religions, fondé par Régis Debray.
Evelyne Martini, "Notre école a-t-elle un cœur ?", 127 pages, Bayard 16,00 €
D’après une présentation de l’éditeur

. Amoureux, pourquoi pas ?
Dans la collection "Dictionnaire amoureux", éditée chez Plon, qui comporte déjà plus de 50 volumes, voici aujourd’hui l’ouvrage de Denis Tillinac, amoureux du "catholicisme". Cette publication fera plaisir, j’en suis sûr, à de nombreux fidèles qui y verront une juste reconnaissance de tout ce que le catholicisme a apporté dans notre civilisation, dans nos vies, dans notre cœur. Etre fier de sa religion, ce n’est pas mépriser les autres. Le Dalaï Lama disait lui-même aux chrétiens séduits par le bouddhisme : "Soyez de bons chrétiens". il est de bon ton de faire preuve de tolérance ; l’œcuménisme est une vertu à développer pour autant qu’on soit assuré dans sa propre foi. Pas question de tomber dans le relativisme ou ce syncrétisme au ras des pâquerettes qui viserait à exalter le plus petit dénominateur religieux commun. Sans nostalgie, l’auteur nous offre une fort belle introduction, vibrante dans sa foi sincère, fut-elle parfois charbonnière. Feuilleter ensuite les pages de ce dictionnaire est un vrai régal. Certains termes de cet abécédaire sont développés avec saveur et humour. Citons "Bonne sœur", "Grenouille de bénitier", un inattendu "Tintin" mais aussi des classiques "Cloître", "Litanies" ou "Papauté" sans oublier un incontournable et délicieux "Amour" auquel l’auteur ne pouvait se soustraire, lui, Denis Tillinac, grand amoureux devant l’Éternel.
Denis Tillinac, "Dictionnaire amoureux du catholicisme", 634 pages, Plon, 24 € Une présentation de Jean-Claude Jaffé


. Dossier du mois : L'Eau
L’eau, source de toute vie, est un sujet d’étude incontournable de l’enseignement. Mais il ne faut pas s’arrêter à la technicité de cet élément et à son utilisation. On ne peut décemment pas résumer l’eau à la célèbre formule H2O…
C’est bien une approche symbolique, culturelle et aussi religieuse qui permettra à chacun de comprendre les enjeux anthropologiques de cet élément vital pour l’humanité.

."Pourquoi des cathédrales" ou des mots pour le dire
A l’aune des célébrations des 800 ans de la cathédrale de Reims dont nous consacrerons un dossier spécial, voici des fiches pédagogiques pour découvrir une cathédrale. Ces monuments ne sont pas seulement des chefs d’œuvre d’architecture. Ils racontent et révèlent le sens du sacré. Au-delà des prouesses techniques c’est bien un trésor de savoirs qui nous est livré, encore faut-il avoir les mots pour le lire et pour le dire…

. Héritage en partage : juifs, chrétiens
Les juifs et les chrétiens possèdent un héritage commun, la Bible. Mais comment ont-ils été amenés à se différencier ? Une activité pédagogique proposé par le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme.

. L'eau au cœur de la vie
L'eau c'est la vie ! Cet élément vital traverse toutes les discussions de la culture, et aussi donc sa dimension religieuse. Ce texte de présentation de Sklerijenn est un outil précieux pour élaborer une séquence pédagogique transversale sur ce thème.

. La figure d'Abraham dans les trois monothéismes, deuxième partie
Figure commune du judaïsme, du christianisme et de l’islam, Abraham, aussi appelé le Père des croyants est une figure emblématique. Homme en marche, il incarne la figure universelle du juste, du sage, en qui l’humanité trouve un père.

. La chronique de Solange Chopplet, Apologue.
Solange Chopplet est professeur de philosophie. Elle nous livre chaque mois, une chronique où réflexion et pratique pédagogique s’entremêlent. Un parcours initiatique où le travail sur les mots et les symboles amène une approche philosophique originale de la prise en compte de la dimension religieuse au travers du regard anthropologique.

. Événements
. Colloque national des amis de l’IFER : "Rabbins, Prêtres, Imams, Pasteurs, rôles et fonctions des ministres du culte" le 2 avril 2011 au centre Sèvres à Paris.

. Colloque national "Enseigner les faits religieux dans une école laïque" les 21 et 22 mars 2011 à Paris.

. Enseigner le fait religieux : Le fait religieux en Alsace, un patrimoine de proximité.

Pour les autres événements...

. Les défis de l'intégration à l'école et Recommandations du Haut Conseil à l’intégration au Premier ministre relatives à l’expression religieuse dans les espaces publics de la République. Février 2011.

Une nouvelle pédagogie et lecture de la Bible à l’initiative de l’alliance biblique française.
De nombreux outils et aides de lecture accompagnent le texte biblique (traduction de la Bible en français courant) : notices au fil du texte, programmes de lecture progressifs, fiches thématiques, portraits de personnages… Les parcours thématiques évoquent les questions qui intéressent les jeunes ("amour, amitié", " justice, droits de l’homme", "sens de la vie, avenir personnel, choix"). D’autres outils pratiques comme l’index, les cartes et plans, ou encore les tables de chronologie et de vocabulaire, facilitent la compréhension et l’appropriation par le lecteur des textes concernés.
La pédagogie innovante mise en œuvre pour ZeBible en fera un ouvrage particulièrement adapté aux jeunes, mais aussi à tous ceux qui souhaitent aborder la Bible sous un angle différent.

. Le "non" des évêques au débat sur la laïcité
Ce n’était pas à l’ordre du jour mais ils en ont parlé. Le mardi 15 mars le conseil permanent de la Conférence des évêques de France a débattu sur l’opportunité de participer au débat sur la laïcité.
Les neuf prélats ne refusent pas de rencontrer à titre personnel le secrétaire général de l’UMP. De leur côté, le cardinal Philippe Barbarin l’a rencontré le 14 mars et le cardinal André Vingt-Trois devrait le faire prochainement, mais ils ne veulent pas d’une participation officielle de l’Église de France.
Celle-ci n’a pas, en effet, pour habitude de s’inscrire dans le travail d’un parti politique. Les évêques craignent de s’engager dans une démarche qui n’est pas dépourvu d’arrière-plans électoraux. De plus, ils estiment que les termes du débat ne sont pas aujourd’hui "assez clair".
Selon Mgr Podvin, porte-parole du conseil, on ne peut ignorer que L’Église a "son logiciel propre". Sa situation et ses demandes ne sont pas les mêmes que les autres religions présentes sur le territoire français.
Cela dit, le Conseil permanent de la conférence épiscopale n'ignore pas les questions soulevées par la laïcité vécue dans un contexte pluriculturel. Néanmoins, ce débat doit être préparé pour ne pas retomber dans les difficultés rencontrées par celui de l'identité nationale.

. Laïcité et fait religieux
La présence de l’étude de textes bibliques et, plus largement, de ce qu’il est convenu d’appeler "textes fondateurs" dans les programmes scolaires relève de l’enseignement du fait religieux. Cette expression de "fait religieux", qui s’est imposée depuis quelques années, notamment sous la plume de Régis Debray, semble faire consensus aujourd’hui. Elle définit la présence des religions dans notre monde comme une réalité allant de soi, sans impliquer nécessairement, chez celui qui emploie l’expression, une adhésion à l’une ou l’autre de ces religions.
Mais, si l’expression "fait religieux" est généralement admise, la question de son enseignement continue à faire débat : c’est autour de la question de la laïcité de notre société, et notamment de notre institution scolaire, que se cristallisent les résistances à toute forme d’enseignement de ce fait religieux. Les résistances, nous l’avons dit, sont parfois le fait des élèves ou de leurs parents, mais aussi des enseignants eux-mêmes, qui pratiquent volontiers ce que les observateurs nomment "stratégies d’évitement", dès lors qu’il s’agit d’appliquer en classe les programmes…


Parution mensuelle depuis avril 2005



| Pour vous désabonner de la lettre d'infos | cliquez ici

Responsable du site : Stève Lepleux ; Collaboratrice : Welisané Singh ; Documentaliste : Valérie Granger
Développement : Guilhem Ferrier - Réalisation multimédia : Brigitte Allouche.