Religion et éducation en Allemagne
La place de la religion dans l'école primaire allemande.
L’Allemagne est un État séculier, philosophiquement neutre. La liberté de religion, garantie par la Constitution, comprend aussi bien la liberté d’avoir ou non une religion (liberté de religion négative), que la libre expression de cette religion (liberté de religion positive). La population appartient majoritairement à l’une des deux grandes confessions chrétiennes : l’Église catholique ou l’Église  protestante. Le nombre de musulmans est en augmentation, les autres confessions représentent une part infime de la population.

L’Allemagne n’a donc pas d’Église d’État. Mais l’État contribue au financement des jardins d’enfants  et des écoles confessionnelles. Les Églises perçoivent un impôt prélevé par l’État pour financer des organismes sociaux, comme les services de consultation les jardins d’enfants les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite qu’elles gèrent.

L’instruction religieuse à l’école a une position unique en son genre en Allemagne : elle est placée sous la surveillance de l’État, mais son contenu relève de la responsabilité des Églises.

Les deux religions officielles, le catholicisme et le protestantisme, sont donc enseignées dans toutes les écoles, y compris dans celles (majoritaires) publiques. Aujourd’hui, les écoles privées catholiques ou protestantes sont de plus en plus nombreuses, car les parents veulent d’autres choix. Une série de conflits – le crucifix en Bavière, le voile des enseignantes – a généré ces dernières années un vif débat sur la place de la religion dans l’opinion publique et à l’école.

La Grundschule ou l’école primaire allemande comprend 4 classes que l’élève fréquente obligatoirement à partir de 6 ans.

Pour les enfants catholiques ou protestants
Les enfants ont un cours de religion d’une durée de trois quarts d’heure par semaine en première et deuxième année puis deux fois trois quarts d’heure
. Les élèves sont alors séparés par groupes, les catholiques d’un côté, protestants de l’autre, chacun avec enseignant. Ces enseignants sont professeurs de religion, ils ont étudié la théologie.

En Allemagne, un enseignant peut être professeur de religion (catholique ou protestante) exactement comme d’autres sont professeurs de mathématiques, de langue. En Allemagne, les professeurs enseignent obligatoirement deux matières, ce peut être religion et mathématiques ou géographie et français par exemple, etc. Dans certains cas un pasteur ou un prêtre vient donner ces cours à l’école primaire, s’ils en ont le temps ou s’il manque un professeur.

Et les autres enfants ?
Certains enfants sont sans religion, mais leurs parents, quelquefois même athées, acceptent qu’ils suivent un des cours. Ils choisissent l’un des deux ou laissent l’enfant choisir lui-même, souvent en fonction des copains qu’il peut avoir dans l’un ou l’autre groupe…

Certains enfants ont une autre religion. S’il s’agit d’une autre forme de protestantisme, l’enfant suit généralement le cours protestant.

Les enfants orthodoxes, souvent de parents grecs immigrés, suivent le cours catholique.

Les parents musulmans, généralement issus de l’immigration turque, refusent le cours de religion chrétienne pour leurs enfants. En mars 2008, le ministre allemand de l’Intérieur a proposé d’introduire des cours de religion islamique dans les écoles pour faire rempart à la radicalisation des musulmans, cours donnés en allemand. Certains établissements allemands ont déjà introduit des cours de "sciences d’information sur l’Islam" non confessionnels.

Enfin, des familles s’opposent à tout enseignement religieux, leurs enfants sont alors "dispensés" du cours, mais rien d’autre n’est mis en place pour occuper les enfants pendant cette heure.

En la matière, c’est donc le choix des parents qui s’impose.

Voici l’emploi du temps des trois premières classes de l’école primaire.

Dans les écoles privées, il y a généralement une chapelle. Une célébration s’y déroule tous les quinze jours, catholique ou protestante, en alternance. Les activités proposées autour des thèmes présentés aux cours de religion, comme l’Avent, sont toujours liées aux activités manuelles dans lesquelles les enfants s’investissent volontiers et leur permettent de s’exprimer.

Martine Kerfourn
Sklerijenn 47
Créé le 06/12/2011
Modifié le 19/10/2012