Une journée patrimoine dans le Limousin
Cette séquence est centrée sur le site de Saint-Léonard-de-Noblat dans le Limousin. Elle permet à tout enseignant de sensibiliser ses élèves au patrimoine en le reliant aux programmes scolaires. Pour les élèves de Cinquième.
Saint-Léonard-de-Noblat
Objectifs
- Donner sens au patrimoine monumental côtoyé quotidiennement par ces élèves, en relation avec le programme d'histoire de Cinquième.
- Comprendre le rôle du pèlerinage au Moyen-Âge.

Destinataires : Enseignants en Histoire et en Français des classes de Cinquième. Activité proposée par la documentaliste d'un établissement scolaire de Limoges.

Support :
- La première partie du programme de cinquième consacrée à l'Occident chrétien.
- La vie de saint Léonard, de Jacques de Voragine.

Cette séquence centrée sur le site de Saint-Léonard-de-Noblat dans le Limousin offre de multiples opportunités à tout enseignant désirant sensibiliser ses élèves au patrimoine en le reliant aux programmes scolaires. L'ensemble de l'action pédagogique engagée de sa présentation à son évaluation est ici relatée.

PRESENTATION DE L'ACTIVITE

Le programme d'histoire de la classe de Cinquième débute par l'étude de l'Empire Byzantin et de l'Église orthodoxe, aborde ensuite l'islam et le monde musulman, puis l'Occident chrétien et le rôle de l'Église catholique dans la société médiévale. L'année s'achève sur la naissance du protestantisme et les guerres de religions. Il offre ainsi de nombreuses possibilités d'activités de culture religieuse. Celles-ci devraient permettre aux élèves d'appréhender la diversité de l'héritage culturel de leur pays et de donner sens au patrimoine monumental qu'ils côtoient tous les jours sans en saisir la richesse.

La séquence ici proposée a été vécue par des élèves de Cinquième venus, classe par classe (environ 25 élèves) travailler à Saint-Léonard-de-Noblat, pendant une journée-patrimoine ou au cours d'une classe-patrimoine de cinq jours, sur le thème : « Saint-Léonard : une ville de pèlerinage au Moyen-Âge ».

Les objectifs essentiels étaient de faire comprendre le rôle du pèlerinage au Moyen-Âge dans le développement d'une ville et dans les échanges entre les régions traversées par les pèlerins ; de faire découvrir le sens de l'église-monument à travers la symbolique de son architecture, sa décoration et son utilisation par les pèlerins.

Une classe patrimoine est une classe culturelle transplantée pendant cinq jours dans un site d'une grande richesse patrimoniale. Elle permet aux élèves de travailler autrement certains aspects des programmes scolaires en interdisciplinarité et de construire son propre savoir par des démarches actives. Depuis 1995-1996 de telles classes existent à Saint-Léonard-de-Noblat, organisées par l'association « Connaissance et Sauvegarde de Saint-Léonard », sous la responsabilité pédagogique du professeur d'Histoire.

PREPARATION DE L'ACTIVITE

Avant de vivre cette journée, les élèves avaient vu la première partie du programme sur l'Occident chrétien : du royaume des Francs à la féodalité ; le rôle spirituel, social et économique de l'Église à travers la fondation des abbayes avait pu aussi être déjà étudié, ainsi que les premières notions d'art roman. En Français, les élèves avaient étudié la vie de saint Léonard à travers le texte de Jacques de Voragine, réfléchissant ainsi à la notion de sainteté, et à l'importance des miracles.

Au cours d'une enquête préalable, les élèves du collège de Saint-Léonard (ville où se déroulent ces journées-patrimoine) ont montré qu'ils étaient sensibles à leur patrimoine et attachés à leur région. 75 % d'entre eux n'étaient pas capables de donner une explication historique, même vague, de l'origine de leur ville (Saint-Léonard-de-Noblat). 25 % n'étaient jamais entrés dans la Collégiale même si 68 % d'entre eux la reconnaissaient comme un « monument important » de leur ville.

DEROULEMENT DE L'ACTIVITE

Le travail s'est effectué en deux temps. Le matin a été consacré au pèlerinage et l'après-midi à la découverte de la collégiale, de son décor et son mobilier.

1 - Découvrir Saint-Léonard, une ville de pèlerinage
Pendant une heure, les élèves, en classe, ont travaillé sur des documents pour leur permettre de situer Saint-Jacques de Compostelle, de repérer les grands itinéraires traversant la France, de s'interroger sur le but des pèlerins, leurs motivations, mais aussi les dangers du chemin.
Ensuite les élèves ont découvert à pied, pendant près d'une heure, une partie du vieux chemin "le Pavé" emprunté par les pèlerins. Du vieux pont médiéval enjambant la Vienne, dominé par le site de l'ancien château féodal, ils sont montés jusqu'à la ville anciennement murée. Ils se sont interrogés sur l'ancienneté de ce chemin, son origine, sa destination, son parcours géographique, et son équipement cultuel : chapelles, cimetière, croix de carrefour, etc.
À l'entrée de la ville, ils sont passés devant le vieil hôpital des pèlerins dont on a conservé les deux portes du XIIIe siècle. Ils ont alors réfléchi sur son rôle au Moyen-Âge : lieu d'asile, de soins, de restauration, et plus largement sur le rôle de la ville avec auberges, artisans et commerçants.
Ils ont appris aussi que ce chemin est toujours utilisé et qu'une centaine de pèlerins à pieds ou à vélo traversent encore Saint-Léonard d'avril à septembre.
A nouveau en classe, les élèves ont travaillé sur des plans et des cartes pour restituer le chemin parcouru, le pont, le gué, la ville, le cimetière, la collégiale...
Ils ont réfléchi sur le rôle de l'ermite Léonard dans la fondation de la cité médiévale, du culte développé après sa mort autour de son tombeau et du développement conjoint de la ville et du pèlerinage.

2 - Découvrir la collégiale romane
La classe entière a visité avec un guide la collégiale, de l'extérieur et à l'intérieur. Ils ont découvert les différentes étapes de la construction, la durée du chantier, et l'équilibre des formes. Cette première approche leur permit de ressentir l'harmonie qui se dégage du bâtiment. Ils ont vu comment l'architecture répond à une nécessité liturgique et symbolique, par exemple :
- le chœur orienté vers l'est, au soleil levant symbolisant le Christ,
- le clocher très haut visible à plusieurs kilomètres à la ronde redonnant courage aux pèlerins sur la route,
- le vaste déambulatoire spécifique aux églises de pèlerinage, pour permettre aux pèlerins de contourner le chœur afin de vénérer les reliques du saint qu'ils honorent,
- les sept chapelles rayonnantes et leur multitude de chapiteaux sculptés...
• Enfin deux questionnaires ont été remis aux élèves qui, par groupe, devaient chercher les réponses. Le premier portait sur les composantes architecturales de la collégiale. Il permit aux élèves de vérifier eux-mêmes s'ils ont bien retenu le vocabulaire adéquat et le rôle liturgique de chaque lieu. Ils ont revu ainsi le clocher, le portail ouest, le plan intérieur, l'étagement extérieur des toitures du chœur, la tour-lanterne, les coupoles de la voûte du transept, les chapiteaux sculptés du porche, etc. Cela dura environ trois quarts d'heure.
Le deuxième les amena à observer un objet présent dans la collégiale, à s'interroger sur son sens, sur ceux qui l'ont élaboré et sur ceux qui l'ont utilisé non seulement autrefois mais encore aujourd'hui. Petit à petit, ils ont été amenés à se poser la question de savoir si l'église-bâtiment qu'ils ont étudiée est aujourd'hui un musée ou un lieu toujours vivant, habité par des gens qui partagent encore maintenant les convictions religieuses de ceux qui l'ont construite il y a plus de 800 ans.

EVALUATION DE L'ACTIVITE

Les élèves qui ont vécu une journée-patrimoine de ce type ont eu à répondre trois semaines plus tard à un questionnaire d'évaluation.
1) Ils devaient placer sur le schéma de l'église de Saint-Léonard, vue de l'extérieur, la nef, le clocher, le bras sud du transept, les chapelles rayonnantes, un contrefort, un arc-boutant.
2) Ils répondaient ensuite à trois questions directement liées au travail effectué ce jour-là :
- Qu'est-ce qu'un pèlerinage ?
- Citez deux principaux lieux de pèlerinage en Occident au Moyen-Âge ?
- Pourquoi les pèlerins passaient-ils par Saint-Léonard-de-Noblat ?
Les résultats ont montré que les termes d'architecture étaient acquis et que la notion de pèlerinage était comprise par plus de 80 % des élèves.

Les élèves ayant vécu cette journée ont montré par la suite qu'ils avaient assimilé la notion de patrimoine et surtout que leur regard avait changé. En revenant dans leur collège, ils se sont interrogés sur la particularité architecturale de ce bâtiment construit en "U" à la fin du XIXe siècle avec une galerie-cloître. En apprenant qu'il avait été construit par la Compagnie des Filles de Notre-Dame, ordre de religieuses enseignantes, ils donnaient tout d'un coup un sens au bâtiment qu'ils fréquentaient depuis plus d'un an sans le comprendre. À partir de là, les organisateurs de ces journées savaient que les élèves qui avaient vécu de telles expériences seraient capables de porter un autre regard sur d'autres témoins silencieux de notre histoire et de donner un sens à l'héritage culturel que les générations passées leur ont transmis.

Cette séquence pédagogique est extraite  de l'ouvrage "Enseigner les religions au collège et au lycée", publié par le CRDP de Franche-Comté - les éditions de l'atelier - Editions ouvrières (coll. Histoire des religions), Paris, 1999.

Les auteurs sont :
- Jean Joncheray, Professeur honoraire à l'Institut catholique de Paris - Département de théologie pratique - faculté de théologie ICP et Membre du Conseil de rédaction des "Recherches de science religieuse",
- René Nouailhat, Responsable de la Mission Enseignement et Religions.
 
Créé le 05/12/2011
Modifié le 19/10/2012