Mystère et Nature dans "Les Misérables"
Une séquence pédagogique visant à permettre à l'élève une intelligibilité du religieux dans la découverte d'un thème littéraire et anthropologique, celui du Mystère. Pour les élèves de Lycée.
Objectifs
Permettre à l'élève une intelligibilité du religieux dans la découverte d'un thème littéraire et anthropologique, celui du Mystère. À l'issue de cette séquence, l'élève sera capable d'appréhender, dans les textes relevant d'une thématique du mystère, différentes expressions du mystère de l'homme et de son rapport au monde et d'identifier la culture judéo-chrétienne comme réfèrent anthropologique de ces textes.

Destinataires : Elèves de lycée, classe de Français.

Support : Un extrait des Misérables de Victor Hugo (Le jardin de la rue Plumet), 1862

Source : Atelier d'appropriation lors d'une session de formation d'enseignants, mars 1998.

1 - LE TEXTE :

Le jardin de la rue Plumet
"II y avait un banc de pierre dans un coin, une ou deux statues moisies, quelques treillages décloués par le temps pourrissant sur le mur ; du reste plus d'allées, ni de gazon ; du chiendent partout. Le jardinage était parti, et la nature était revenue. Les mauvaises herbes abondaient ; aventure admirable pour un pauvre coin de terre. La fête des giroflées y était splendide. Rien dans ce jardin ne contrariait l'effort sacré des choses vers la vie ; la croissance vénérable était là chez elle. Les arbres s'étaient baissés vers les ronces, les ronces étaient montées vers les arbres, la plante avait grimpé, la branche avait fléchi, ce qui rampe sur la terre avait été trouver ce qui s'épanouit dans l'air, ce qui flotte au vent s'était penché vers ce qui traîne dans la mousse ; troncs, rameaux, feuilles, fibres, touffes, vrilles, sarments, épines s'étaient mêlés, traversés, mariés, confondus ; la végétation, dans un embrassement étroit et profond, avait célébré et accompli là, sous l’œil satisfait du créateur, en cet enclos de trois cents pieds carrés, le saint mystère de sa fraternité, symbole de la fraternité humaine. Ce jardin n'était plus un jardin, c'était une broussaille colossale, c'est-à-dire quelque chose qui est impénétrable comme une forêt, peuplé comme une ville, frissonnant comme un nid, sombre comme une cathédrale, odorant comme un bouquet, solitaire comme une tombe, vivant comme une foule."
Victor Hugo, Les Misérables, IV, 3,1862.


2 - LES EXERCICES A REALISER

Pour l'analyse de ce texte qui pourra être réalisée en préparation, trois approches seront mises à contribution : l'approche thématique, l'approche structurale et l'approche mythocritique. La classe est divisée en six groupes, chacune des trois approches étant prise en charge par deux groupes travaillant de façon autonome et selon des consignes différenciées.

2.1) Approche thématique

Groupe 1
Vous rendrez compte de votre lecture de ce texte en y appliquant les procédures d'une approche thématique :
- vous repérerez les thèmes fondamentaux du texte.
- vous repérerez les thèmes en réseaux thématiques.
- à partir d'une comparaison entre ce texte et d'autres textes du même auteur, vous formulerez, par hypothèse, sur quelle forme ou sur quelle vision se fonde l'univers imaginaire de Victor Hugo.

Groupe 2
Vous identifierez, dans le texte, les éléments lexicaux et figuratifs qui correspondent aux thèmes suivants : végétation/nature ; vie/mouvement ; profusion, fusion/communion ; sacré/religieux,mystère et vous construirez, pour chacun d'eux une constellation thématique. Pour un thème de votre choix, vous produirez un paragraphe argumenté décrivant la relation entre le thème et les motifs retenus.
Dans l'ensemble des textes fournis, vous vérifierez que l'univers imaginaire de Hugo se fonde sur une vision animiste et paradoxale du monde. Entendez par animisme un principe vital qui anime les réalités de la nature et du monde. Vous préciserez quels traits particuliers cette «vision du monde» prend dans chacun des textes.

2.2) Approche structurale
L'approche structurale se fera en deux groupes : le premier classera les signes du texte dans un tableau, le second identifiera les procédés utilisés par l'auteur pour symboliser la fraternité humaine.
Classer les signes et chercher leurs significations.

Groupe 1
Vous rendrez compte de votre lecture de ce texte en y appliquant les procédures d'une approche structurale. Vous repérerez et classerez les signes du texte dans un tableau :
- la disposition spatiale et formelle,
- les champs lexicaux,
- les figures de style,
- les faits de langue,
- les sonorités,
- le rythme.
Vous interpréterez ces signes en eux-mêmes, dans leurs variations et dans leurs relations avec d'autres signes appartenant à la même catégorie ou à d'autres catégories.
Vous rendrez compte de votre lecture sous la forme d'un plan de commentaire composé où apparaîtront les significations et leurs signes.
Identifier les procédés littéraires

Groupe 2
À partir d'une recherche d'indices dans le texte, vous montrerez que l'auteur nous décrit un jardin abandonné où la nature a repris le dessus.
Vous identifierez les procédés par lesquels l'auteur met en évidence une vie proliférante à l'œuvre dans ce jardin.
Vous vérifierez comment Hugo nous montre dans la communion des végétaux un symbole de fraternité humaine et nous révèle ainsi la dimension sacrée de toute vie.

2.3) Approche mythocritique
L'approche mythocritique se fera également en deux groupes : le premier cherchera les sources bibliques du texte de Victor Hugo, le second recensera ses emprunts au christianisme.
Chercher les sources bibliques.

Groupe 1
À partir des textes qui sont mis à votre disposition (extrait d'autres passages décrivant le jardin de la rue Plumet et textes de la Genèse, chapitre 1, verset 27 à 31 et chapitre 2, versets 4 à 25), vous montrerez quels éléments du mythe biblique de l’Eden se retrouvent dans le jardin décrit par Hugo et quelles significations ces éléments prennent plus précisément dans le passage étudié.
Chercher les emprunts au christianisme.

Groupe 2
À partir des textes qui sont mis à votre disposition (extrait du chapitre "Foliis ac frondibus", autres passages des Misérables sur la solidarité ou la fraternité et textes du Nouveau Testament, par exemple "Celui qui s'abaissera sera élevé", Matthieu chapitre 23, verset 12), vous montrerez quels éléments empruntés au christianisme servent de réfèrent mythique à ce passage et quelles significations ces éléments lui donnent. Vous veillerez à procéder à un relevé précis des indices sur lesquels se fonde votre interprétation.

REFLEXION PEDAGOGIQUE : LES SENS DU MOT "MYSTERE"

Dès le départ, ce dossier signale, à juste titre, le fait que le mot "mystère" est polysémique. On n'insistera jamais assez sur les possibles malentendus que porte en lui ce terme. Entre le "mystère de la chambre jaune" et le "mystère de la Sainte-Trinité", qu'y a-t-il de commun ? Dans l'esprit des jeunes, le terme peut évoquer "une réalité qu'il ne faut pas chercher à comprendre" ou au contraire "une énigme qu'il s'agit de percer"... Mais quand on parle des "mystères" de la foi, il ne s'agit ni de l'une ni de l'autre.

En fait, malheureusement, dans l'histoire du christianisme, le terme "mystère" a parfois été interprété comme destiné à décourager la recherche de la raison. La démarche théologique suppose pourtant un va-et-vient entre foi et raison : croire et comprendre, fides quaerens intellectum. Il n'est pas sacrilège de chercher à comprendre ce dont parle la religion ou ce qui se passe dans la liturgie ! Les réalités religieuses ne sont pas d'autant plus impressionnantes qu'elles s'entoureraient de mystère comme d'un rideau de fumée... ou d'encens !
On pourra, sur cette question, évoquer le terme grec mysterion, traduit en latin par sacramentum, qui a donné en français sacrement.

Jean Joncheray
René Nouailhat

Cette séquence pédagogique est extraite  de l'ouvrage "Enseigner les religions au collège et au lycée", publié par le CRDP de Franche-Comté - les éditions de l'atelier - Editions ouvrières (coll. Histoire des religions), Paris, 1999.

Les auteurs sont :
- Jean Joncheray, Professeur honoraire à l'Institut catholique de Paris - Département de théologie pratique - faculté de théologie ICP et Membre du Conseil de rédaction des "Recherches de science religieuse",
- René Nouailhat, Responsable de la Mission Enseignement et Religions.
Créé le 02/12/2011
Modifié le 27/09/2012