Le conflit entre catholiques et protestants
Une séquence pédagogique articulant histoire et littérature pour aborder  l'essentiel de ce qui réunit et qui sépare catholiques et protestants. Pour les élèves de 4ème.
Objectifs culturels
- (savoir) Analyser les conséquences de la Révocation de l'Edit de Nantes, la persécution des Protestants.
- (savoir-faire) Comparer le protestantisme et le catholicisme.
- (savoir être) Analyser les méfaits du fanatisme religieux.

Objectifs méthodologiques
- Repérer les mécanismes d'un roman d'aventures historiques.
- Apprendre à réaliser une fiche de lecture.
- Savoir rechercher des informations précises dans une œuvre à propos des personnages et de l'action.

Destinataires : Enseignants de Français en Quatrième

Supports
- La nuit des dragons, S. et F. Kupterman, Hachette Jeunesse, Collection Livre de Poche, 1993.
Source : Enseignement Catholique Documents 216, juin 1997, pp. 61-64.

L'étude de cette œuvre, La nuit des dragons, a été réalisée au sein d'un établissement privé catholique sous contrat, situé en centre-ville, pour des classes de Quatrièmes.

Ces classes sont des classes hétérogènes du point de vue des compétences et des résultats. Toutefois, la motivation est la même pour tous et la réussite de certains élèves (dans toutes les matières d'ailleurs) semble être un facteur d'émulation pour les autres.

L'œuvre choisie {La nuit des dragons) prend place tant dans le cadre de l'étude du roman d'aventures historiques que dans le programme d'Histoire de ce niveau : l'Europe aux XVIème et XVIIème siècles.

L'ensemble de ce travail a été préparé par les enseignants de Français, en collaboration avec leurs collègues d'Histoire et de Géographie, d'Allemand et de la Documentation, chacun intervenant à son niveau.

EXERCICES A REALISER

L'ensemble de l'étude de La nuit des dragons se déroule en neuf séances d'une durée totale de ving-cinq heures. L'ensemble de ces exercices permet de répondre à la fois aux objectifs historiques et culturels (connaissance du conflit entre le protestantisme et le catholicisme) et aux objectifs méthodologiques (apprentissage de l'étude d'une œuvre).

SEANCE 1 (2 heures)
Activités augurales :
- Quelles hypothèses peut-on faire à partir du titre et de l'illustration ?
- Présentation des auteurs et distribution d'exposés (en fonction de la proposition suivante :
1. Itinéraire d'Antoine - 2. Les dragons - 3. Les galères - 4. La médecine au XVIème siècle - 5. Naissance du Protestantisme - 6. L'Édit de Nantes - 7. Le Règne de Louis XIV).

Travail sur l'incipit : dans la préface, souligner ce qui concerne le protestantisme en rouge, ce qui concerne le catholicisme en bleu.

Travail sur le vocabulaire : polysémie, homonymie, synonymie.

Travail sur les niveaux de langue : péjoratif, laudatif.

SEANCE 2 (5 heures)
Travail sur la notion de temps et de lieu :
- Lire l'incipit d'Ivanhoé de Walter Scott. Souligner en rouge les repères spatiaux, en bleu les repères temporels.
- Quel est le temps le plus représenté ?
- Qu'apporte au lecteur un incipit ?
- En parallèle de l'étude d'un incipit classique (Ivanhoé), les compléments circonstanciels à partir de la Préface de La nuit des dragons, et comparaison entre les deux caractéristiques de l'incipit. Incipit " in médias re ".

Étude d'un tableau comparant le protestantisme et le catholicisme.

SEANCE 3 (3 heures)
En liaison avec l'étude de La nuit des dragons - où la Bible est très présente et où les protestants sont souvent comparés aux Hébreux lors de l'Exode -, il faudra :
- étudier, en lecture méthodique, un extrait du Roman de la momie de T. Gautier qui rappelle cet épisode : le deuxième fléau de l'Egypte, les grenouilles.
- initier les élèves au résumé à partir de cet extrait.

Même exercice sur les vingt premières pages du roman La nuit des dragons :
- Chercher le vocabulaire inconnu.
- Où et quand se passe l'action ?
- Qui sont les personnages ?
- De quoi parle-t-on ?

SEANCE 4 (2 heures)
Ces deux heures sont consacrées aux exposés, d'autres faits en Histoire, cours durant lesquels le contexte historique est étudié.

SEANCE 5 (2 heures)
À partir de la première partie, révision des notions : schéma narratif, schéma actantiel, fonction d'exposition.

Lecture collective des chapitres VI et VII : le début de l'itinéraire du héros, les épreuves. Étude de la valeur des temps.

[pdf=265_1.pdf]Distribution d'une fiche de vocabulaire concernant le protestantisme[/pdf].

SEANCE 6 (4 heures)
Lecture de la seconde partie et questions concernant les chapitres 8 à 10.

Réalisation de fiches concernant :
- Les personnages principaux,
- Le personnage de Cornélius (chapitres 5 à 7),
- Le personnage d'Elie Cazaubon (chapitres 8 à 10).

Dictée : extrait du chapitre 1 de La nuit des dragons.

Rédaction : " Raoul, au prêche, décide de dénoncer le pasteur Laporte. Pour ce faire, il rejoint le sergent La Rose. Raconte. " (Distribution d'une grille de correction.)

SEANCE 7 (1 heure)
Lecture d'image en liaison avec La nuit des dragons et l'allusion à Judas : étude de La Cène de Philippe de Champaigne :
- Que voyons-nous ? Description des personnages (Jésus, Judas, les apôtres) ; Description des objets ; Jeu des couleurs ; Composition.
- Interprétation.

Travail : décrire un tableau de votre choix ; si possible, joindre à votre travail une reproduction du tableau.

SEANCE 8 (3 heures)
Travail technique sur la valeur des temps.

Étude de la différence entre discours et récit.

La fin du roman : questions concernant : les chapitres 11 à 14, les chapitres 15 à 18.

SEANCE 9 (3 heures)
Caractéristiques du dénouement et synthèse générale avant le bilan sous forme d'interrogation écrite.

Correction du bilan de lecture, avec en travail une fiche de lecture.

ÉVALUATION PEDAGOGIQUE

Cette séquence a permis de décloisonner lecture, orthographe, grammaire, mise en texte. En effet, divers apprentissages ont pu être associés, liant des travaux portant sur la langue, sur le texte, sur les pratiques de lecture et d'écriture, sans oublier la formation d'une culture. Les élèves ont pu travailler à l'élaboration d'une lecture méthodique. Ils ont revu certains éléments de narratologie, comme les schémas narratif et actanciel. Ils ont approfondi la technique du résumé. Ils ont découvert qu'un incipit pouvait apporter des éléments importants pour la suite du roman. Ils ont revu certains points de grammaire en lien avec le récit.

L'un des objectifs était aussi la rédaction d'une fiche de lecture. Le résumé de chaque chapitre peut s'inscrire dans cette démarche.

La satisfaction des enseignants tient à ce qu'ils ont pu :
- relier tous les exercices de français à une œuvre.
- élargir les perspectives en collaborant avec les collègues d'Histoire et de Géographie.
- traiter l'époque de la Révocation de l'Édit de Nantes avec la documentaliste, avec le professeur d'Allemand qui s'est attaché à l'étude du personnage de Luther, à ses écrits, à son impact etc.

Les élèves ont été sensibles à cette interdisciplinarité qui leur a permis d'assimiler plus facilement certaines notions envisagées ainsi sous divers angles.

Ce fut un enrichissement pour les enseignants eux-mêmes qui ont pu sortir du carcan de leur discipline respective. Peut-être est-ce pour cela que le culturel a été privilégié par rapport à la langue, plus particulièrement à la grammaire. Quelques difficultés ont cependant vu le jour.

Cette œuvre s'est révélée trop ambitieuse pour certains élèves. Son étude et les différents apprentissages qui lui furent liés ont été trop abondants pour des élèves un peu plus lents que la majorité de la classe.

Un problème de temps est apparu. Il ne faut pas, en principe, attribuer à l'étude d'une œuvre intégrale plus d'une quinzaine d'heures. Toutefois, si l'on veut articuler un certain nombre d'exercices autour d'une même œuvre, vérifier les différents acquis, corriger avec précision les différents devoirs, quinze heures s'avèrent très justes.

D'autre part, une classe est une réalité. Il faut en tenir compte dans l'approche et dans la gestion horaire. Des difficultés, des obstacles peuvent apparaître alors que l'enseignant n'y avait pas songé. Il faut donc parfois ralentir ou revenir sur certains points pour assurer une progression régulière.

Ce texte est extrait  de l'ouvrage "Enseigner les religions au collège et au lycée", publié par le CRDP de Besançon. Les auteurs sont :
- Jean Joncheray, Professeur honoraire à l'Institut catholique de Paris - Département de théologie pratique - faculté de théologie ICP et Membre du Conseil de rédaction des "Recherches de science religieuse",
- René Nouailhat, Responsable de la Mission Enseignement et Religions.


Jean Joncheray
René Nouailhat
Créé le 02/12/2011
Modifié le 02/12/2011