Sur les traces de Louis 1er d'Amboise
Comment, à partir du nom d'un établissement scolaire dans l'enseignement catholique, bâtir un projet intégrant l'enseignement du fait religieux ?
PREAMBULE
L'exemple qui va être présenté ici est issu de la double expérience de l'enseignante de français en 4° et de professeur principal en 3° soucieux de sortir du simple rôle - à ne pas négliger par ailleurs - de préparation à l'orientation, de suivi de l'élève et de vigilance quant aux résultats et au comportement. En effet, la préoccupation de résultat qui répond à la demande des familles est trop limitée pour que l'on ne propose pas d'aller au delà, d'autant plus qu'elle est alors la même que dans l'enseignement public et que notre caractère propre ici se doit d'être affirmé.
Voilà un exemple de projet très simple, dans lequel la dimension religieuse de la culture, le souci constant de recherche de sens étaient premiers.

ORIGINE DU PROJET
Le collège Sainte Marie a été intégré en 2003 dans un ensemble scolaire de cinq unités, auquel il a fallu trouver un nom. C'est le nom "d'Amboise" qui a été choisi, parce que la famille d'Amboise a donné à Albi deux évêques. Constatant alors que la plupart de nos élèves ignoraient tout du rôle déterminant joué par ces évêques dans le domaine politique, artistique et religieux à une certaine période (fin XVème – début XVIème), il a semblé évident au chef d'établissement qu'un travail pédagogique s'imposait : donner du sens au nouveau nom de notre établissement. Il s'agissait d'une approche du fait religieux, nous avons alors imaginé de développer une idée exploitée à la fois en 4° et en  3° - d'autres projets sur le même thème sont prévus à tous les niveaux de classe pour créer une sorte de "culture commune" de l'établissement, ils ne seront pas évoqués ici.-

DEVELOPPEMENT DU PROJET : TRAVAIL CONCRET EN CLASSE
Il ne fallait pas oublier l'impératif de rester dans le champ de compétence de ma discipline: l'enrichissement du vocabulaire, l'analyse d'image, l'ouverture des élèves au patrimoine artistique en général - et pas seulement littéraire - font partie des programmes de français. Un encouragement de l'Inspection pédagogique de Lettres va dans ce sens.
Le programme d'histoire de 5° comprend l'étude de l'art roman et de l'art gothique, les élèves vont, avec leur professeur d'histoire visiter l'église romane Saint Salvy et la cathédrale Sainte Cécile, bien caractéristique du gothique méridional. Ils ont donc déjà entendu le nom d'Amboise car le décor intérieur de celle-ci, dont toute la statuaire du déambulatoire, procède tout entier de leur mécénat - c'est anecdotique mais significatif pour des élèves: on estime que le blason de la famille d'Amboise se répète près de cinq cent cinquante fois au chœur de Sainte Cécile !
Il m'a alors semblé important de proposer une approche de la notion de mécénat, notamment de réfléchir au mécénat et à ses motivations, d'admirer certes les œuvres commandées, mais d'évoquer aussi la pensée religieuse qui les sous-tend. Pour cette initiation, il fallait proposer une suite signifiante au travail de 5°, choisir une œuvre de qualité mais relativement simple d'accès, et il fallait surtout que cette œuvre se trouve dans un "lieu porteur", porteur d'un caractère anecdotique par exemple, afin de mettre les 4° "sur les traces de…" de façon ludique.
Il se trouve que l'on peut admirer une statuaire d'exception commandée par Louis d'Amboise, certes moins monumentale que celle de la cathédrale, non loin d'Albi : "La Mise au tombeau" de Monestiés. Les statues ont été transportées sur des chars à bœufs et "sauvées" par les habitants de ce village alors que le château, résidence des évêques d'Albi était menacé de destruction.
Nous pouvions nous mettre à leur recherche. Voici donc le détail de la sortie pédagogique proposée et des fiches de travail  réalisées pour les élèves.

"Sur les traces de Louis Ier d'Amboise…", évêque d'Albi de 1474 à 1503, mécène
Le travail mis en place doit avoir lieu en tout début d'année scolaire, puisqu'il s'agit, en donnant du sens au nom de leur ensemble scolaire, de créer aussi une dynamique commune entre les élèves d'une nouvelle classe. Il occupe deux séances en classe et une demi-journée en visite "sur les traces de…" pour les 4°.

Il se décompose ainsi:
1ère partie
1) Approche en classe du contexte historique
2) Etude du vocabulaire religieux et artistique
3) Lecture méthodique de Marc 15, 22-47

2ème partie
Sortie pédagogique au château de Combefa (résidence d'été des évêques d'Albi bâtie par Louis d'Amboise) et à Monestiés, un village voisin où se trouve l'exceptionnelle Mise au tombeau commandée par ce dernier, sauvée par les villageois.

Les 3° auront la possibilité de travailler avec leur professeur principal à l'aide d'un diaporama suivi d'un questionnaire - la démarche est reprise, mais de façon différente et plus courte, ceci ne sera réalisé qu'une seule année puisque les élèves de 4° auront déjà participé au projet.

Isabelle Mimart
Enseignante en Lettres
Collège Sainte Marie - Albi

A lire aussi sur Enseignement et Religions :
- [lienInt=451]Sur les pas de Mme Desfontaines : marcher pour rencontrer[/lienInt]
Créé le 02/12/2011
Modifié le 02/12/2011