Propositions de ? voyages ?
Ces cinq parcours à travers des références universelles illustrant toutes le thème du voyage sont autant de pistes pour explorer le fait religieux à partir d'oeuvres d'art.
Les références proposées dans ces parcours n'ont pas pour but d'être exhaustives. Il s'agit de suggérer des itinéraires, à vous de les compléter.

" Mais il arriva que le petit prince, ayant longtemps marché à travers les sables, les rocs et les neiges, découvrit enfin une route. Et les routes vont toutes chez les hommes. "
A. de SAINT-EXUPERY, Le Petit Prince


I . DU CONNU A L'INCONNU
II. MIGRATION, EMIGRATION, EXIL
III. LE DERNIER VOYAGE
IV . LE VOYAGE INTERIEUR, LE VOYAGE INITIATIQUE
V. LA ROUTE, LE CHEMIN

I . DU CONNU A L'INCONNU

LES HEROS MYTHOLOGIQUES ET LE VOYAGE
- Orphée, de la descente aux Enfers à l'errance perpétuelle.
- Héraclès, les combats aux frontières du réel.
- Enée, le mythique ancêtre troyen des Latins fuit sept années en Méditerranée avant de se fixer à l'embouchure du Tibre… Virgile fixe la tradition au 1er s. av. J.C. dans l'Enéide  pour expliquer l'ascendance troyenne des Latins.
- Ulysse, le périple mythique du héros navigateur. Du mythe à l'histoire : l'accès des Grecs à la Mer Noire.

1) Préhistoire et Antiquité

PREMIERES ROUTES
Les migrations depuis les origines font de l'homme un voyageur : il a fallu quitter le berceau africain à la conquête du monde.
En Europe, on note une seule civilisation de l'Atlantique à l'Oural au paléolithique supérieur : les mêmes Vénus aux  formes arrondies l'attestent.
Des chemins avaient donc été tracés pour franchir les obstacles naturels…
La néolithisation pénètre en Europe Occidentale par les côtes mais aussi par voie terrestre (Europe Centrale).

Alexandre le Grand arrive jusqu'à l'Indus (325 av. J.C.). Les routes matérielles entre la Grèce et l'Orient  permettent une tentative de fusion des apports grecs et perses. Première rencontre avec l'Orient ?

Les sanctuaires qui unissent les Grecs des colonies à ceux des villes de la terre mère : Delphes, Epidaure…attirent les pèlerins qui suivent des itinéraires terrestres mais aussi maritimes.  

LES ROUTES EN MEDITERRANEE
Courants commerciaux dès l'Âge de Bronze (2000 av. J.C.) vers l'Europe du Nord :  routes du cuivre et de l'étain (Espagne, Grande-Bretagne)
Les Phéniciens, navigateurs et marchands sillonnent la Méditerranée
Les Grecs, entre Chypre, la Crète, l'Egypte assurent la circulation des biens, mais aussi des idées. Bien des thèmes sont liés : les moyens de navigation, les représentations du monde connu,  Strabon et les frontières les plus lointaines, l'aventure de la colonisation, l'influence de   l'Ionie sur l'art grec.
Les Romains et la  " Mare nostrum "
Diffusion du christianisme dans les ports antiques
Voyages apostoliques de saint Paul   
Dangers de la navigation antique : les naufrages : nombreuses épaves antiques retrouvées en mer.

2) Moyen Âge
 
L'ITINERANCE AU MOYEN ÂGE : L'ÂME ET LES PIEDS
Les pèlerinages :
Le phénomène existe dans toutes les religions qui ont des lieux sacrés où le fidèle va se ressourcer. Pour le christianisme, dès la fin des persécutions, les chrétiens prennent la route vers :   
Jérusalem… Sainte Hélène y aurait découvert le bois de la Croix. La construction de l'Anastasis marque le lieu de la Résurrection que les pèlerins vénèrent.( 384 : le récit du pèlerinage d'Egérie atteste l'existence des lieux de la mémoire chrétienne).
Rome, sur le tombeau de Pierre : Constantin fait également ériger une basilique en
324
Les tombes des saints : Hilaire à Poitiers, Martin à Tours connaissent une grande affluence comme les reliques de sainte Foy à Conques.
Au IXè s., la découverte du corps de saint Jacques en Galice entraîne le développement du plus grand pèlerinage d'Occident. Il atteint son apogée aux XIIè-XIIIè s.  Les routes de Saint-Jacques de Compostelle possèdent un réseau d'assistance fait de monastères, d'hospices pour secourir les jacquaires qui sillonnent par milliers ces routes jusqu'au  XVè s. Le guide d'Aimery PICAUD rédigé au XIIe s. répertorie les trajets et donne des conseils.
Les sanctuaires mariaux deviennent lieux de pèlerinage : Le Puy, Chartres, Rocamadour, Montserrat en Catalogne… mais aussi le Mont-Saint-Michel où les reliques de l'archange attirent les foules.
En 1300, le pape Boniface VIII invente le jubilé à Rome tous les 50 puis 25 ans qui attire de nombreux fidèles.

LE COMMERCE
Au XIIIe s., les foires de  Champagne drainent les marchands du nord de l'Europe et ceux des villes d'Italie. La richesse des villes est celle des marchands. Naviguer permet de transporter plus vite les marchandises et surtout à moindres frais. L'Europe du nord profite du commerce de la Hanse.
 Marco Polo incarne l'idéal du grand marchand aventureux du XIIIe qui va jusqu'en Chine.

LA REPRESENTATION DU MONDE
Les cartes donnent l'image médiévale du monde connu : cf. P.G. DALCHE, Le Temps et l'espace, in J. DALARUN, Le Moyen Âge en lumière, pp. 48-63.                         
La carte de l'Europe au XIIe s. de Lambert d'Ardres (v.1120) dans le Liber Floribus, est la première tentative de reproduction du monde au Moyen Âge. L'Europe représente ¼, l'Afrique ¼ et la moitié pour l'Asie.

3) Les Temps Modernes : les grandes découvertes
   
DES MOTIVATIONS COMMERCIALES ? SCIENTIFIQUES ? RELIGIEUSES ?
Difficile de savoir quel motif premier pousse l'homme à l'aventure vers l'inconnu… Découvrir ravive l'ambition des rois, l'espoir des marchands, le prosélytisme des religieux… Le botaniste enrichit ses collections et les objets rapportés par les marins ornent les cabinets de curiosités. Le mythe de l'Eldorado joue un rôle important dans la première colonisation de l'Amérique du Sud au XVIIe s. Les thèmes sont nombreux autour des explorations et des conséquences des découvertes :
- La cartographie, la science des rois ; maîtriser le territoire donc les hommes
- Mercator
- Les grands voyageurs : Magellan et le premier tour du monde (1520)
- Les découvertes aux XVIè et XVIIè s.
- L'astrolabe et la boussole
- Le commerce triangulaire
- XVIè- XVIIè s. : Ouverture sur les nouveaux mondes, à travers les arts.
- Les cabinets de curiosités
- Les premières missions catholiques : jésuites et franciscains s'implantent très tôt sur les terres nouvelles

RENCONTRE DU " SAUVAGE "
- Qui est le civilisé ? Qui est le barbare ? Les grandes questions du choc de la rencontre du "sauvage" (Tordesillas, Le procès de Valladolid). Les philosophes s'emparent du thème (Voltaire, Candide).
- Le mythe du bon Sauvage (Rousseau)
- La peur de l'autre : le Noir
- Les Indiens d'Amérique du Nord
- Les Mayas

LITTERATURE ET EXOTISME AU XVIIIe s.
- DEFOE (D.), Robinson Crusöé, 1719
- SWIFT (J.), Les Voyages de Gulliver, 1726
- SAINT-PIERRE (B. de), Paul et Virginie, 1788

4) L'Epoque contemporaine

Au XIXèe s., les progrès des transports, avec le chemin de fer, la navigation à vapeur entraînent un accroissement considérable du nombre des voyageurs, donc des migrations.

LE METISSAGE DES CULTURES
- Les colonies présentées dans les Expositions universelles au XIXè s.
- Les missions
- Le jazz
- Les religions orientales en Europe et aux Etats-Unis

AUX SOURCES DE L'AILLEURS DANS L'ART
- L'orientalisme à la fin du XIXè s.
- Le japonisme et l'impressionnisme
- Le japonisme et Van Gogh
- Gauguin : de la Bretagne aux îles du Pacifique
- Les masques africains ; les collections d'artistes : Picasso, Breton
- Le primitivisme et l'art brut

LES PELERINAGES AUJOURD'HUI
Toutes les religions reconnaissent des lieux privilégiés de ressourcement où se dirigent à des temps donnés les fidèles qui suivent des rites précis.
- Le Hadj, pèlerinage à la Mecque concerne 1/5 de l'humanité (l'Oumma). Mahomet a dirigé lui-même la pérégrination rituelle en 632. Médine, ville du prophète est considérée comme sainte par les musulmans, ainsi que Jérusalem (Dôme du Rocher).
- Les pérégrinations peuvent mener les pas des fidèles -   vers un fleuve : le Gange pour les Hindous
- Une montagne : le Sinaï, lieu présumé de la rencontre de Moïse avec Dieu.
- La recrudescence actuelle du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle sur les mêmes chemins que ceux empruntés au Moyen Âge est spectaculaire et ne concerne pas seulement ceux qui s'y rendent pour des raisons religieuses.

L'ouvrage de R. HANRION, Les pèlerinages en France. Un guide d'histoire et de spiritualité, éd. Ph. Lebaud, 1996 recense 2000 lieux de pèlerinage en France.
   
LE PELERINAGE AUX LIEUX DE MEMOIRE
Contre l'oubli : les camps de concentration, les plages du débarquement, les ruines d'Ouradour/Glane, le mémorial de Yad Vashem…
Cf. l'image forte de W.Brandt en 1970 se recueillant à Varsovie devant le monument à la mémoire des victimes du ghetto.
Se développe un tourisme sur ces lieux qui ont fait l'histoire, et qui demandent à être interprétés pour être compris.

LES DEBUTS DU TOURISME
- La démocratisation du tourisme
- Du voyage au tourisme de masse : richesses partagées ?
- Les images du tourisme
- L'évolution des thématiques des guides de voyage
- Le voyage, fuite vers un ailleurs

II. MIGRATION, EMIGRATION, EXIL

La migration, volontaire ou non, a joué un rôle primordial dans le peuplement du monde. On l'a vu pour la préhistoire, mais les peuples sont toujours en mouvement :
- Les Celtes, à partir de 1000 av. J.C., quittent l'Europe Centrale pour    envahir toute l'Europe Occidentale.
 - Et l'on ne donne pas la longue liste des peuples dits barbares qui franchissent les limes au Bas Empire…
     
LA BIBLE ET LES JUIFS
- Genèse :
L'errance comme punition :
* Yahvé punit Caïn du meurtre d'Abel  : " tu seras un errant parcourant la terre "  Gn 4, 12
* Yahvé punit les hommes de leur orgueil quand ils construisent la Tour de Babel : " les dispersa sur toute la face de la terre. " Gn,11,8.
L'ordre donné à Abram : " Quitte ton pays (…) pour le pays que je t'indiquerai " Gn, 12, 1. Il part d'Haran, au nord-ouest de la Mésopotamie vers Canaan, sur les rives du Jourdain ; c'est la première migration sur la route de la Terre promise. Ce nomadisme n'est pas une errance. Il va de puits en puits, de pacage en pacage, sachant où il va. L'itinérance est une condition de survie dans le désert.  
-   L'Exode :   avec l'épreuve de l'exil : " Les Egyptiens contraignirent les Israélites au travail et leur rendirent la vie amère par de durs travaux " Ex 1, 13
Le récit de l'Exode a valeur de symbole de la délivrance du peuple qui reçoit par Moïse les Tables de la Loi.
- L'exil à Babylone : l'histoire de la déportation après la prise de Jérusalem
(587 av. J.C.) et la destruction du Temple de Salomon occupe une place centrale dans l'histoire du peuple élu. De nombreux thèmes pourraient être abordés : mémoire et exil, place de l'écrit et réflexion pour trouver une autre conception du peuple et de Dieu.
Le pèlerinage annuel à Jérusalem s'enracine dans la tradition biblique (Lc, 2, 41-52), (Ac 2, 5-11). L'histoire juive est celle d'une longue errance avec la diaspora auquel sont liés le thème du Juif errant, les pogroms et persécutions.
Cf. M. Halter, Les Fils d'Abraham  

L'EUROPE, TERRE DE MIGRATIONS
- La colonisation grecque à partir du VIIIè s.
- Les Vikings
- XIVè s. Espagne et Portugal vers l'Afrique, Les Indes orientales, les Amériques
- XVIè s. Grande-Bretagne sur toutes les mers
- L'aventure coloniale
- XXè s., les travailleurs migrants en Europe.

MIGRATION ET PERSECUTION RELIGIEUSE, POLITIQUE
- Les conséquences de la révocation de l'Edit de Nantes en 1685. Les protestants fuient vers la Suisse, le Brandebourg, les Provinces Unies, l'Afrique du Sud.
- Les catholiques irlandais s'expatrient vers l'Espagne, les Pays-Bas espagnols, l'Italie…
- " Le Grand Dérangement " des Français du Canada vers la Louisiane après la victoire anglaise. (cf. A. MAILLET, La Sagouine).

LA MIGRATION, UNE NECESSITE ECONOMIQUE
- La migration, source de nouvelles civilisations.
Réponse à une crise due au manque de terres cultivables et à l'augmentation de la population, le départ des migrants est source d'un dynamisme fécond. L'exemple de l'Amérique du nord depuis les Pilgrim Fathers est le meilleur exemple de réussite d'un peuple de migrants. L'émigration des Irlandais après la famine de 1845 a entraîné le départ de 1,1million de personnes, soit 1/7 de la population.
- La pauvreté et les migrations au Brésil : la fièvre de l'or, du caoutchouc…

L'ESCLAVAGE
- Le phénomène à travers l'histoire, de l'Antiquité à nos jours.
- Le commerce du " bois d'ébène "

LES EXODES AU XXè s.
- 1940 : l'exode devant les armées allemandes
- 1947 : la partition de l'Inde et des Pakistan
- L'ONU et les camps de réfugiés aujourd'hui
 
III. LE DERNIER VOYAGE

LES RITES DE LA MORT
- Chaque civilisation codifie le passage de la vie à la mort et organise des pompes funéraires en fonction de l'importance sociale du défunt. Ces honneurs rendent possible le deuil des proches.
- Evolution des rites en France. (cf. Ph. ARIES, Changer la mort)
- La vision de l'au-delà pèse sur les rites :
Momification des anciens Egyptiens et dépôts d'offrandes
Obole à Charon des anciens Romains
Inhumation des chrétiens tournés vers Jérusalem au Moyen Âge
Les images des croyances : trois exemples :
Au Moyen Âge, l'âme est symbolisée par l'image d'un enfant quittant le corps du défunt : chapiteau de la mort de saint Hilaire.
Le tombeau de Philippe Pot provenant de l'église de Cîteaux, de la fin du XVe s. évoque la cérémonie funéraire du puissant sénéchal de Bourgogne.
L'enterrement du comte d'Orgaz du Greco, illustre une époque, le XVIIe s. espagnol où se mêlent sacré, profane, religion et vie.

LES IMAGES DU MORT DANS L'AU-DELÀ
- Le royaume des morts dans les différentes mythologies et religions
- Le thème du jugement dernier
- Les âmes errantes, faute de sépulture

LES CONVOIS VERS LA MORT
- La déportation vers les camps d'extermination
Cf. les nombreux films et livres sur la déportation. J. SEMRUN, Le grand voyage, P. LEVI, Si c'est un homme.

IV. LE VOYAGE INTERIEUR, LE VOYAGE  INITIATIQUE

LE LABYRINTHE
- De la légende de Thésée guidé par le fil d'Ariane dans le dédale crétois aux labyrinthes de nos cathédrales gothiques, il y a les nombreuses représentations du thème dans les mosaïques romaines. Au Moyen Âge, on s'inspire de ce décor dans les églises.
La forme circulaire est la plus fréquente jusqu'au XIIIè s. (Chartres, Sens, Auxerre), puis la forme polygonale l'emporte. On lui donne une signification chrétienne. Le labyrinthe symbolise la vie difficile sur terre où l'on perd la voie de la vie éternelle. (cf. J. ADHEMAR, Influences antiques dans l'art du Moyen Âge, CTHS, 1996).
Il dessine un microcosme qui invite à un itinéraire symbolique, d'ordre spirituel.

L'IDEAL DE L'HONNÊTE HOMME
- Au Moyen Âge, le latin permet d'étudier dans toutes les universités européennes, d'y enseigner sans souci des frontières. Thomas d'Aquin passe de Paris à Rome, mais les étudiants voyagent également.
- Aux XVIIè et XVIIIè s., les jeunes gens anglais, irlandais de bonne famille sont envoyés pour un ou deux ans en Europe pour apprendre les langues, les beaux-arts, les bonnes manières. Les intellectuels ont conscience d'être européens en effectuant le " Grand Tour ", en visitant Amsterdam, capitale économique, Paris, référence culturelle et l'Italie pour la peinture et l'architecture. Il s'agit également d'un voyage initiatique dans des conditions difficiles, car il faut affronter les mauvaises auberges, les brigands, la maladie.
- Les artistes, musiciens, peintres, sculpteurs se doivent de se rendre à Rome, Florence, Venise dès le XVIe s.
- Colbert  fonde l'Académie et le prix de Rome, avec le séjour à la villa Médicis devient le but de tous les jeunes artistes.

L'INITIATION
- Les rites initiatiques dans les civilisations dites primitives
- Les rites de passage dans les sociétés occidentales :
de l'adolescence à l'âge adulte
le "bizutage "
les "opérations survie" des cadres, les stages commando                                                                           
- La quête initiatique dans les mythes : le Graal
- Littérature : romans d'initiation : Alain Fournier : Le Grand Meaulnes
- Les rites d'initiation dans les religions : sacrements (baptême, confirmation, eucharistie) dans l'Eglise.

LES VOYAGES SYMBOLIQUES
- Les rites de procession existent dans toutes les religions :
Antiquité : Cortège des Panathénées, religieux et civique à Athènes, Fêtes de Dionysos.
Circumambulation autour des temples celte.
Christianisme : Entrées des évêques dans les villes pendant l'Ancien Régime, Rogations, Fête-Dieu, processions des reliques, chemin de croix. Ce dernier est vulgarisé sous la pression populaire au XIVè-XVè s. car les franciscains, gardiens des lieux-saints faisaient suivre aux pèlerins un itinéraire en lisant les textes de la Passion, Voyages "aux saints" dans la religion populaire, Processions monastiques
- Les voyages symboliques dans les textes sacrés :
Le voyage au ciel de Mahomet
- Les Mages suivant une étoile pour trouver la crèche. Chrétiens de Syrie et d'Arménie en comptent 12. C'est à cause des cadeaux que le nombre de 3 s'est imposé dans l'Eglise d'Occident.

L'ESPACE SACRE
- L'espace sacré peut être naturel : montagne, grotte, source qui sont divinisées ou lieux d'une manifestation divine. Du Fuji Yama au Sinaï, les montagnes sacrées ne manquent pas. De nombreux sanctuaires mariaux (comme Notre-Dame de la Garde) sont bâtis sur des sanctuaires païens en hauteur.
Les grottes ornées du paléolithique supérieur sont cultuelles, en lien avec des rites chamaniques. La Pythie de Delphes prophétisait dans une grotte.
 Aujourd'hui, la Grèce déclare l'île de Patmos " sacrée ", car dans cette île se trouve la grotte dans laquelle Jean aurait écrit l'Apocalypse.
Les Anciens vénéraient les sources, où vivaient les nymphes.
- L'espace sacré peut être construit : toute déambulation devient alors porteuse de sens.
Le plan d'un baptistère, d'une église se réfère à une symbolique à déchiffrer, une ritualisation de la mémoire. Il est orienté vers Jérusalem, à l'Est.
L'aménagement de l'espace répond aux besoins cultuels d'une époque.
La crypte a longtemps été le lieu sacré par excellence, celui de la conservation des reliques.
Le lieu de passage, la porte est essentiel car elle délimite l'espace profane de l'espace sacré. La coupole représente le ciel.
A consulter sur ce sujet sur Enseignement et religions Le passage symbolique : rupture entre espace profane et espace sacré

Un monastère est construit selon des modèles définis répondant aux nécessités de la Règle en vigueur. Le cloître de forme carrée évoque la Jérusalem céleste. Celui de Fontenay, édifié du temps de saint Bernard, répond sûrement à ses préceptes. La première galerie, à l'est, est celle " de l'esprit " où les moines se réunissent avec leur abbé : tout l'espace est orienté vers le lieu de la résurrection, comme dans l'église.

V. LA ROUTE, LE CHEMIN

LES GRANDES ROUTES COMMERCIALES
- Le réseau viaire romain, premier réseau moderne normalisé, avec ses bornes
- Les routes de la soie, jusqu'en Chine, ponctuée par des caravansérails.
- Les caravanes du sel, des épices, de l'ivoire
- Les routes maritimes, la Compagnie des Indes
- Les ports et l'ouverture au monde
- Les chemins de transhumance
- La mondialisation, les espaces-temps aujourd'hui

LA CROISADE, UN PELERINAGE ARME ?
 Les routes des croisades furent terrestres mais aussi maritimes. 1096, la première croisade vise à sécuriser les routes car des chrétiens allant à Jérusalem sont tués par des tribus turques ou seldjoukides. Les Occidentaux partent donc en pèlerinage armé, animés par un puissant élan de foi qui n'a pas toujours résisté à l'épreuve de la réalité. Louis IX fait construire le port d'Aigues Mortes pour assurer ses bases en Méditerranée.
Les " souvenirs " de ces voyages au Moyen-Orient sont nombreux dans :
- Les bestiaires de la sculpture romane
- La musique
- Les influences arabes en castellologie  
- La langue française
Les croisades nourrissent l'imaginaire des poètes, troubadours…et fascinent car le musulman est diabolisé, mais la civilisation arabe séduit par bien des aspects plus d'un croisé… Elles ont des conséquences sur les arts : Constantinople est conquise en 1204 au cours de la quatrième croisade. Les Occidentaux copient les motifs et rapportent des reliques volées ou achetées qui demandent des reliquaires.

LES NOMADES
- Nomadisme d'hier, nomadisme d'aujourd'hui. L'éternelle querelle entre Abel et Caïn.
- Les nomades des déserts : fascination des grands espaces vides pour les Occidentaux en quête de sagesse et de savoir. Cf. Th. MONOD, Et si l'aventure humaine devait échouer)
- Les peuples " aux semelles de vent " : Roms, Tziganes…  

LES DERNIERS GRANDS DECOUVREURS
- La race des grands aventuriers en voie d'extinction faute de terra inconita ?
Des explorateurs comme :
R. CAILLIE qui marche à pied 207 jours sur un périple de 508 pour être le premier européen à entrer dans la ville mythique de Tombouctou en 1928 : Carnets
A. DAVID-NEEL qui franchit la barrière de l'Himalaya par des voies nouvelles : La Puissance du néant, Voyage d'une parisienne à Lhassa.

LES ROUTES A THEMES
- Les routes labellisées par le ministère de la Culture ( illustrant un personnage historique ou un thème)
- L'argument publicitaire  touristique pour des voyages culturels ? (Croisière " Sur les pas de saint Paul ")

LES MARCHES HISTORIQUES
- La Longue Marche en 1934-1935 de Mao
- La Marche sur Rome de Mussolini

LE TOUR DE FRANCE DES COMPAGNONS
- Les origines de cette tradition
- L'actualité de la formation itinérante des jeunes

CHEMINS
- Le succès actuel de la randonnée : besoin de nature ? d'un groupe ? de se trouver soi-même?
- Le balisage des sentiers de grande randonnée

" Moi, se dit le petit prince, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine… "
A. de SAINT-EXUPERY, Le Petit Prince


Monique Béraud
Animatrice patrimoine
Créé le 01/12/2011
Modifié le 22/02/2012