Internat : l'atelier th??tre, dramatiser pour d?dramatiser
L'atelier comme lieu d'enrichissement au sein de l'internat à travers ce qu'il donne à voir de la richesse de la différence.
Pour favoriser la quête de tolérance et de dialogue interreligieux dans l'internat et ne pas rester dans le domaine des voeux pieux, voici une action piste d'action susceptible de guider une démarche vers l'interreligieux.
Elle est issue d'une recherche sur l'internat menée avec Pierre Robitaille qui se penche plus précisément sur la question du " vivre ensemble " à l'internat : quel " vivre ensemble " réactualisé pourrait être proposé par les internats de l'Enseignement catholique surtout quand un nombre de plus en plus important de ces internats offre l'image d'un puzzle de cultures, de traditions, de religions ?


Quand la tension actuelle autour du " vivre ensemble " est dramatisée, elle est dédramatisée.
On s'étonne moins du jargon de l'autre quand on l'a domestiqué et que l'on s'y est accoutumé.
Tout internat gagnerait à la création d'un atelier théâtre si celui-ci n'est pas déjà inclus dans le projet d'établissement.
Le théâtre libère de la virtualité dans la mesure où la présence du corps, comme voie d'accès à l'intériorité, et voie d'accès à autrui, reprend sa place.
Découvrir le théâtre, c'est découvrir le lien profond qui l'unit à la société qui le fait naître. Le théâtre est éminemment social, éminemment culturel ; depuis ses origines, la scène théâtrale a donné au religieux une place prépondérante.
La pédagogie qui recherche un renforcement du lien social, culturel, religieux, trouve dans l'exercice dramaturgique un champ d'application privilégié : le jeu sur scène tisse un lien entre les acteurs ; entre les acteurs et les spectateurs ; l'éducateur, lui-même, devient spectateur, à l'égal des autres, et s'affranchit par ce fait de la relation frontale… La dimension sociale, affective, culturelle de l'apprentissage y prévaut.
L'apprentissage se fait à plusieurs : division du travail, négociation, partage… ouverture à la communauté sociale… création collective. L'apprentissage n'est plus un processus isolé, individuel, mais interactif : le conflit cognitif, se fait sociocognitif. La relation n'est plus cloisonnée, mais interactive…
Le théâtre peut paraître dès lors comme un lieu d'enrichissement dans des domaines divers :
- L'acteur doit prendre en compte autrui ; doit perpétuellement ajuster sa parole à celle de l'autre, travailler l'adéquation entre la parole énoncée et la réaction de l'autre, l'effet sur l'autre. C'est écouter pour être ensemble.
- L'acteur doit donc savoir écouter afin d'ajuster sa parole à celle de l'autre. Cette écoute se fait à plusieurs niveaux : entre les pairs, entre le public et les acteurs, etc.
l'acteur apprend rapidement que chaque " Tu " devient un " Je " potentiel, possible. La parole est alors désaliénante puisqu'elle se fait conductrice d'une multitude de rôles… et autorise à se délivrer de son rôle quotidien. C'est une parole de profonde tolérance et d'écoute dans la mesure où non seulement on accepte celle de l'autre, mais on se sait capable de l'endosser… Elle est alors préfiguration d'un endossement de l'identité de l'autre, et la conscience de pouvoir être cet autre L'interreligieux trouve dans le théâtre un terrain fécond : surtout quand les acteurs sont appelés à épouser et à jouer des croyances qui ne sont pas les leurs. Décentrement et distanciation sont alors de mise. On peut jouer les extrémismes de différentes religions, adopter des courants religieux divergents au sein d'une même religion. Les jeux de rôles instaurent une sorte de chantier de pensées et d'expressions où chacun a la possibilité d'exprimer les idées les plus déraisonnables, les plus inattendues sans que cela soit évalué ou dévalué.
- La fonction pragmatique y est prégnante : pouvoir puissant des mots sur l'autre. C'est essentiellement de la parole exprimée que dépend l'action, ainsi que les réactions des personnages.
- L'acteur/élève peut y explorer la multiplicité des langages, variables en fonction des milieux sociaux, des contextes sociaux, des contextes situationnels, de l'être et de ses centres d'intérêt, des registres de langue…
- Le lieu clos de l'espace théâtral … se fait espace de parole, il est ouvert par le sens qui peut être donné à celle-ci et par l'activité imaginaire qu'elle sollicite.

Le théâtre donne à voir la richesse de la différence, il permet l'apprentissage de la féconde complémentarité, il exerce à la disponibilité à l'action commune.

Autres pistes d'action possibles :
- [lienInt=112]Faire l'état des lieux lors de l'inscription[/lienInt]    
- [lienInt=113]Rendre lisible le nouvel environnement de l'inscription[/lienInt]    
- [lienInt=114]Veiller à la formation des éducateurs en tant qu'éveilleurs au sens anthropologiques[/lienInt]
- [lienInt=115]Le CDI : un lieu pour la culture et l'interculturel[/lienInt]
- [lienInt=117]L'internat et l'heure de vie de classe : s'aventurer dans son établissement[/lienInt]
- [lienInt=118]L'internat et l'heure de vie de classe : organiser une activité débat sur les stéréotypes[/lienInt]

A consulter aussi sur Enseignement et religions
[lienInt=109]Réflexion sur  la diversité culturelle et religieuse dans les internats[/lienInt]
[lienInt=110]La question de l'internat aujourd'hui : sa spécificité[/lienInt]
[lienInt=111]L'internat comme lieu possible d'éducation au dialogue interreligieux[/lienInt]

Rolande Hatem
Responsable de l'Afarec
Pierre Robitaille
Secrétaire des commissions au SGEC
Créé le 29/11/2011
Modifié le 30/11/2011