Un parcours sur l'art figuratif : les icônes, les vitraux et les statues
De tout temps, et plus encore aujourd'hui sans doute, l'image a servi de support pour transmettre le message évangélique. Un parcours en trois étapes sur les icônes, les vitraux et les statues.
LES ICÔNES
Sklerijenn n° 49
Le mot icône vient du grec eikona signifiant image : c’est une image peinte représentant le Christ, la Vierge ou les saints. Dans la religion orthodoxe, l’icône tient une place importante.

Selon la Bible Dieu a pris en Jésus-Christ corps et figure humains, en un lieu, en un temps de l’histoire humaine ; l’homme est l’image du Christ. Les auteurs d’icônes sont le plus souvent des moines ou des moniales et leurs oeuvres sont à la fois oeuvres d’art, fleurs de prière, présence de Dieu dans la beauté. Peindre une icône suppose en effet la maîtrise d’un savoir-faire que nous tenterons de comprendre. Mais en même temps une icône c’est une vision religieuse et nous verrons comment chacune d’entre elles nous renvoie à une théologie.

Pour en savoir plus, cliquez ici

LES VITRAUX
Sklerijenn n° 50

De tout temps, et plus encore aujourd'hui, l'image a servi de support pour transmettre le message évangélique.

Pour chacun d’entre nous, ce qu’évoque avant tout le vitrail, c’est cette lumière de couleur qui embellit nos églises et chapelles souvent sombres à cause des murs épais et du trop peu d’ouvertures. Pour le croyant, c’est aussi le symbole du Christ lumière sur nos chemins de foi. Ce qui est sûr, il y a un côté magique à admirer ces verrières de lumière lorsque nous choisissons le bon moment avec les élèves pour en faire la découverte. "Le vitrail est peut-être l’un des seuls moyens qui nous restent pour essayer d’atteindre au sublime" (S. Poliakoff)

Pour en savoir plus, cliquez ici

LES STATUES
Sklerijenn 51

Une visite dans une église ou une chapelle avec des élèves peut constituer un moment de découverte de la richesse de notre patrimoine. Arrêtons-nous sur les statues qui ornent nos édifices.

Pour mieux comprendre cette richesse de la statuaire, il est nécessaire de situer le culte des saints dans la religion catholique.

En Occident, dès le IIIe siècle, les chrétiens prennent l’habitude de se réunir près de tombes des martyrs ou sur les lieux de leur supplice. Très rapidement ces martyrs deviennent des modèles et les évêques favorisent le culte de ces saints en invitant les fidèles à solliciter leur intercession auprès de Dieu.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Yvon Garel
Revue pastorale Bretagne
DDEC 25
 
Créé le 28/11/2011
Modifié le 28/11/2011