De la « culture religieuse » à l'intelligence de la foi - Une expérience en école catholique
Expérimentation dans un établissement catholique de Lyon d'une aventure pédagogique originale ayant donné naissance à une collection de manuels Les chemins de la foi.
Cette expérience est née dans les années 70 d'une situation d'urgence (cf. Jean-Noël Dumont, "La foi est (aussi) une culture" dans Communio, n°IV-4, juillet-août 1979). La disparition rapide du cours de religion obligatoire, difficilement tenable dans une situation où la foi n'était plus a priori partagée par les familles des élèves, entraînait de fait l'effacement de toute annonce systématique de l'Évangile pour la majorité des jeunes. Le malentendu portait sur la liberté de conscience : est-on libre dans une ignorance ? Peut-on se dire croyant ou athée, en dehors d'une connaissance sérieuse des réalités de la foi ? Ainsi est née l'idée d'un cours obligatoire qui délivrerait une connaissance solide et éclairée du christianisme, dans un dialogue ouvert et exigeant avec les autres traditions spirituelles et philosophiques, connaissance dans laquelle l’élève pourrait puiser les raisons de son positionnement religieux.

Les fondements de cette pédagogie ne se sont clarifiés que progressivement, en constante relation avec la pratique pédagogique. Si la distinction entre catéchèse (fondée sur le volontariat) et connaissance des données religieuses de la culture (requise par l’honnêteté intellectuelle pour tout élève) fut pensée au départ, d’autres dimensions de cette pédagogie se précisèrent au fur et à mesure. De fait, la confrontation avec les réflexions conduites parallèlement dans l’enseignement public et par les instances nationales de l’enseignement catholique, permit d’affiner les analyses et de préciser les enjeux intellectuels et spirituels d’un tel cours.

Ainsi, voudrions-nous dans une première partie nous situer par rapport au rapport Debray (2002), dont le grand mérite est de renvoyer l’école à son devoir de probité intellectuelle, contre toutes les dérives d’un laïcisme de plus en plus sectaire vis-à-vis des questions religieuses. Dans une seconde partie, nous essayerons de penser comment une école catholique peut, tout en assumant les exigences précédentes, et dans le respect intégral de la liberté de conscience des élèves, proposer un éclairage plus systématique et organique des "dimensions religieuses de la culture", en particulier dans le cadre d’un cours spécifique. Nous soulignerons alors pourquoi, en cohérence avec le caractère confessionnel d’une telle école, l’on peut envisager ce cours comme un lieu où est exposée et approfondie une intelligence de la foi chrétienne, en réponse aux questions universelles portées par la culture. Enfin, nous évoquerons l’expérience des Chemins de la foi, telle qu’elle est vécue dans notre établissement et adoptée par quelques autres.

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquer ici.

Xavier Dufour
Professeur agrégé de mathématiques
Coordinateur diocésain
Créé le 22/11/2011
Modifié le 21/11/2012