Dossier juin 2014 : Observatoire des programmes et des manuels scolaires
Un groupe d'experts coordonné par Pierre Dussère apporte un éclairage sur le traitement explicite ou implicite du fait religieux dans les programmes et les manuels scolaires.
Un Observatoire des programmes et des manuels scolaires, POURQUOI ?

Il s'agit en priorité d'analyser les textes des BO afin d'éclairer les enseignants.

Les programmes constituent bien évidemment la base même sur laquelle la mission Enseignement et Religions incite les enseignants au travail, puisque c'est chaque professeur dans sa matière et dans sa classe qui doit être incité à traiter mieux cette dimension du contenu de son enseignement. Or on observe que :
a) De nombreux programmes comportent des questions explicitement religieuses et bien des enseignants se sentent mal à l'aise pour les traiter.
b) Surtout, plus nombreux encore sont les points de programme qui présentent des aspects implicitement religieux, dont les enseignants même les mieux intentionnés n'ont pas toujours conscience, et c'est là-dessus qu'il convient d'abord de faire porter l'effort. Il s'agit alors de passer de l'informatif à l'éducatif. Un travail a déjà été initié dans ce sens dans le cadre des groupes-outils, en particulier du groupe lettres/langues (collège et lycée) destinés à préparer le colloque de mars 2005. Il est à compléter pour toutes les matières et très certainement à approfondir.

Il en résulte au moins deux axes de travail fondamentaux :
- une réflexion de fond sur les enjeux anthropologiques et religieux globaux des programmes et, à travers eux, de chacune des disciplines en particulier.
- un travail de production de documents à usage des enseignants, un peu dans l'esprit des "Documents d'accompagnement" qui viennent en compléments habituels des programmes officiels. Ce travail est évidemment appelé à être suivi en fonction de l'évolution des programmes.

Enfin selon Patrick Laudet, IGEN de Lettres, l'urgence dans les programmes se situe au niveau du sens. Il s’agit de rendre professeurs et élèves sensibles aux enjeux dont les faits sont significatifs. Ne pas en rester donc à une approche culturelle, patrimoniale, de type muséographique des Faits religieux, mais plutôt promouvoir une approche sapientielle, qui donne aux jeunes les moyens de se construire, de faire l’homme. C’est cette orientation qu’il convient de lire sous le vocable dynamique de compétences que le socle commun adjoint à celui de connaissances.

Le travail sur les Faits religieux se situe dans une sorte d’espace intermédiaire entre la distance excessive de la « laïcité d’incompétence » pointée par Régis Debray et un Enseignement religieux. Patrick Laudet définit aussi cet espace comme celui d’une « interconfessionnalité religieuse ». 

1. L'enseignement des valeurs - Pierre Dussère
2. L'enseignement des faits religieux dans les manuels scolaires - Véronique Deneuche
3. L'histoire des Arts en 1ère et terminale - Monique Béraud
4. Comment sensibiliser des élèves de terminales L/ES au fait religieux ? Le film Mississipi Burning - Tatiana Amoureux Detriche
5. Les valeurs dans l'enseignement du fait religieux en langues anciennes - Christine Hersant
Créé le 20/05/2014
Modifié le 10/06/2014