La Mission « Enseignement & religions » 2002-2009
On trouvera ci-après :
- une présentation de l'équipe nationale,
- une présentation de la mission de 2002 à 2005,
- le travail entrepris depuis 2005
- le point de situation à ce jour.

1. PRÉSENTATION DE L’ÉQUIPE NATIONALE

René Nouailhat, responsable de la mission "Enseignement et religions" pour le SGEC.
Précurseur en la matière; il a notamment fondé l’Institut de Formation à l’Etude et l’Enseignement des Religions (IFER) à Dijon, Institut qui a déjà organisé une trentaine de Sessions nationales sur la prise en compte du Fait religieux dans l’enseignement, et a mis en place un diplôme universitaire de Sciences et Enseignement des Religions reconnus de niveau master par les Universités de Strasbourg et de Louvain.

Stève Lepleux, enseignant de Sciences physiques en Normandie, responsable de la Mission pour FORMIRIS, et responsable du site internet "Enseignement et Religions".

Dominique Moreau, chargé l’accompagnement des Coordinateurs diocésains, de Tutelles congréganistes et de l’ADDEC pour la prise en compte du Fait religieux dans l’Enseignement, membre du Conseil de direction de l’IFER.

Sylvie Bouillot, assistante FORMIRIS de la mission "Enseignement et Religions".

Welisané Singh : collaboratrice du site internet "Enseignement et Religions".


2. LA MISSION « ENSEIGNEMENT & RELIGIONS » DE 2002 A 2005

En juin 2002, Paul Malartre, Secrétaire général de l’Enseignement catholique, crée la mission "Enseignement et Religions" dont il confie la direction à René Nouailhat. Suite au rapport de Régis Debray en effet, il est convaincu que l’Enseignement catholique doit jouer, pour lui-même et dans le cadre de sa participation au Service public d’éducation, un rôle à la fois exemplaire et moteur en la matière.

« C'est au nom de sa participation au service public d'éducation, au nom de sa participation à l'école de la République que l'enseignement catholique se doit de prendre toute sa part à l'effort entrepris par notre Nation pour que dans le cadre d'une laïcité apaisée, le fait religieux ne soit pas oublié ou soupçonné, mais intégré à l'enseignement …

L'enseignement catholique ne peut considérer l'enseignement du fait religieux comme facultatif : tout élève, quelle que soit sa religion ou sa non-croyance, quelles que soient les motivations de ses parents dans le choix de l'établissement, a le droit de découvrir la dimension religieuse de la culture. Tout enseignant est alors concerné, pas seulement parce qu'il est dans l'enseignement catholique mais parce qu'il est enseignant. Il est clair que notre priorité est d'arriver à sensibiliser tous les enseignants à la dimension spirituelle, symbolique et religieuse de leur enseignement…

L'enseignement catholique doit tout concilier et tout tenir : une connaissance des religions qui s'adresse à tous puisqu'elle est de l'ordre des contenus d'enseignement et une proposition catéchétique, rencontre de Jésus-Christ et de l'Evangile éclairé par l'enseignement de l'Eglise, qui est de l'ordre du caractère propre de l'enseignement catholique… »
Paul Malartre

Après une première phase de clarifications, de précisions, d’orientations et de productions d’outils pédagogiques, la mission monte en puissance. Elle étend maintenant son action à l’ensemble des diocèses et territoires grâce à la mise en place progressive, depuis quatre ans, de Coordinateurs dans les diocèses, les congrégations de Tutelles et l’Alliance des Directeurs et Directrices de l’Enseignement Catholique (ADDEC).
Dès son arrivée au Secrétariat général, Eric de Labarre à confirmé l’enjeu de cette mission pour l’Enseignement catholique.

2.1. Groupes de travail

Lors la création de la mission en 2002, René Nouailhat se met très vite à l’oeuvre avec l’intuition qu’il faut mettre en collaboration de nombreux acteurs : enseignants de terrain, experts reconnus et représentants des Institutions.

Trois groupes de réflexion se mettent en place dans le cadre du SGEC :
- un axe "Sources" pour faire le point des acquis ;
- un axe "Concepts" pour clarifier les termes utilisés ;
- un axe "Enjeux" pour préciser les conséquences attendues de l’intégration du Fait religieux dans l’Enseignement.

Plusieurs groupes de production d’outils sont également constitués à l'UNAPEC autour de quatre champs disciplinaires (Histoire et Géographie, Lettres et Langues vivantes et anciennes, Art et patrimoine, Sciences et Philosophie) et trois terrains professionnels (premier degré, enseignement technique et professionnel, vie scolaire).

2.2. Le colloque des 2 et 3 mars 2005 à Paris

Regroupant plus de 300 personnes, il a permis de faire un point d’étape de la mission, et a souligné la nécessité :
- de prendre en compte la dimension religieuse dans toutes les disciplines,
- de former à l’esprit critique,
- d’ouvrir aux questions du sens,
- de privilégier dans ces approches culturelles la connaissance des religions et notamment du christianisme pour les établissements catholiques d’enseignement.

La Mission "Enseignement et religions" se situe bien dans le cadre :
- des orientations ministérielles : prise en compte des dimensions religieuses de la culture dans l’Enseignement, amélioration du "vivre ensemble", ouverture au symbolique ;
- des orientations de l’Enseignement catholique et des résolutions de ses Assises : accueil de tous, donner du sens, l’école de toutes les intelligences, prendre en compte la personne dans toutes ses dimensions.
La question de la prise en compte de la dimension religieuse donne lieu aujourd’hui à diverses initiatives en Europe (voir le projet d’un Institut de formation débattu au Conseil de l’Europe).

L’enseignement catholique, dans un domaine qui concerne tout particulièrement ses priorités éducatives, continue son travail pour une meilleure intelligence des questions religieuses. C’est aussi sa façon de contribuer au service public d’éducation et à sa mission au sein de l’Eglise.

3. DEPUIS 2005, UNE DEUXIÈME ÉTAPE DE CO-RESPONSABILITÉ AVEC LES COORDINATEURS

Il s’agit de développer la mission "Enseignement et religions" sur le terrain par la mise en place de coordinateurs dans chaque diocèse (ou groupe de diocèses), congrégation, ainsi qu’au sein de l’ADDEC.
Deux objectifs sont poursuivis.

3.1. Un objectif éducatif pour tous

Travailler la prise en compte du Fait religieux sur le terrain pour tous les établissements et dans le cadre de politiques mises en place par les Tutelles, en particulier diocésaines.

Il s’agit de :
- permettre l’appropriation des outils par les enseignants,
- faciliter leur travail en équipes pluridisciplinaires et éducatives en s’appuyant sur la valorisation des compétences régionales (enseignants formés à l’enseignement du Fait religieux, Organismes de formation, Universités catholiques).

Plus largement, il s’agit aussi d’encourager et accompagner des responsables éducatifs dans la définition et la mise en œuvre d’une politique de prise en compte du Fait religieux dans les établissements, politique dans laquelle peut s'inscrire à sa juste place la prise en compte du Fait religieux comme fait de culture et ouverture à la symbolique du sens.

3.2. Un objectif de cohérence pour l’Enseignement catholique

La prise en compte du Fait religieux, dans la distinction des niveaux et des acteurs, et le plein respect du contrat d’association, contribue à la cohérence d’ensemble de la mission d’Église de l’Enseignement catholique : enseignement, religions, et annonce de l’Évangile.

S’il s’agit bien d’aborder le Fait religieux de l’intérieur des disciplines dans le cadre de la laïcité pour tous les élèves, et que ce travail soit conduit par tous les enseignants, il faut aussi relier cette approche, de façon distincte, complémentaire, articulée et cohérente à l’ensemble de la prise en compte de la dimension religieuse dans l’établissement catholique d’enseignement.

3.3. Pour ce faire

Encourager chaque diocèse ou organisation de tutelle à désigner un coordinateur "Enseignement et religions" avec mission de diagnostiquer, repérer, susciter, animer, conseiller, valoriser, faciliter la mise en œuvre des compétences locales. Des coordinateurs sont déjà désignés dans près de 2/3 des diocèses. C’est le maillon essentiel de cette démarche d’essaimage.

Organiser l’accompagnement et le suivi méthodologique de ces coordinateurs au niveau des différents territoires Formiris. Dominique Moreau (Université catholique de Lyon et IFER) a été chargé, aux côtés de René Nouailhat, d’accompagner sur le plan méthodologique les coordinateurs et leur tutelle, sans se substituer en aucune façon à leurs initiatives. Cet accompagnement se fait sur le terrain, par territoire, et lors de deux rassemblements nationaux de deux jours par an.

Mettre à disposition des outils méthodologiques de diagnostic et de définition d’une politique de la prise en compte du religieux de façon globale dans un établissement, un réseau, un diocèse ou un territoire.

Poursuivre l’alimentation du site internet en séquences et documents pédagogique, et continuer d’en faciliter l’accès (responsable : Stève Lepleux : slepleux@formiris.org ; rédaction : Welisané Singh : wsingh@formiris.org).

Poursuivre les efforts de formation à tous niveaux (enseignants, formateurs, personnes coordinateurs), en s’appuyant sur les ressources régionales et nationales (et en particulier les Universités catholiques), notamment dans le cadre de la formation mise en place par l'Institut missionné national à Dijon avec le master "sciences de l’Education et de l’enseignement du Fait religieux".

Suivre aussi les autres initiatives de formation (ISPRA de Bordeaux, ISTR de Marseille, IFD de Grenoble, Direction diocésaine de Lyon etc.).

3.4. Des outils

Un site internet : www.enseignement-et-religions.org
Ce site est devenu en quelques années le site de référence sur les questions de l’enseignement du fait religieux.

Visité par environ 11 000 personnes par mois et mis régulièrement à jour selon diverses rubriques (disciplines, vie scolaire, niveaux, religions, thèmes, outils, formations) avec rapports officiels, bibliographie et webographie. On y trouve également une lettre d’infos (environ 800 abonnés) dont l’inscription est gratuite.

Deux numéros hors série de la revue Enseignement Catholique Actualités en mars 2005 et avril 2007.

Un fascicule sur le vocabulaire du religieux coordonné par Pierre Robitaille.

Un DVD reprenant des apports fondamentaux en termes de sources, de concepts et d’enjeux, ainsi que des séquences pédagogiques filmées concernant la plupart des disciplines.


4. POINT DE SITUATION A CE JOUR

Aujourd’hui, les coordinateurs "Enseignement et religions" constituent une véritable équipe solidaire, cohérente, et riche de sa diversité autour de l’équipe d’animation nationale.

De diverses façons, sous leur impulsion, se mettent en place dans les diocèses et/ou les territoires des Groupes de pilotage pour faire un travail d’état des lieux, de diagnostic, de choix d’objectifs à moyen terme, et de détermination des moyens pour les atteindre (dont la formation).

Ces Groupes de pilotage réunissent toujours des acteurs diversifiés : directeurs diocésains et/ou de territoires Formiris, chefs d’établissement, adjoints en pastorale, enseignants, responsables de formation… Le travail de ces groupes offre l’opportunité aux établissements et aux diocèses de réinterroger la cohérence globale de la prise en compte du religieux, voire la façon dont ils mettent en œuvre leur caractère propre dans la fidélité à leur double appartenance à l’Eglise et à l’école de la République.

L’engagement des Directeurs diocésains et Chefs d’établissement
demeure toujours un élément déterminant de réussite


A son arrivée comme Secrétaire général de l'Enseignement catholique, Eric de Labarre a confirmé l'importance de cette mission "Enseignement et Religions" : lui-même et le Secrétaire général Adjoint Claude Berruer ont rencontré à plusieurs reprises les coordinateurs lors de leurs rassemblements nationaux.

Depuis septembre 2007, participent aux rassemblements nationaux des coordinateurs et au travail de la mission : un représentant des territoires Formiris (Jean-Louis Burgevin), ainsi que des Directeurs diocésains (Gérard Godineau (Orléans), Régis Tournus (Valence) et, depuis 2009 Gilles de Bailliencourt (Lyon).

Trois Groupes de travail se sont mis en place : l'un sur le premier degré, l'autre sur les manuels scolaires et les programmes et le troisième sur une mise à jour des concepts dans un environnement qui a évolué.

Dans une troisième étape, la Mission "Enseignement et Religions" veut également travailler davantage avec les Universités catholiques et leurs antennes pour enrichir la Formation initiale et la Formation continue des enseignants : didactique de la prise en compte du Fait religieux, travail sur les enjeux anthropologiques, épistémologiques et socio-éducatifs, apports de la théologie et des sciences religieuses…
Des espaces de recherche se mettent en place, notamment avec les Dom et l'UCA pour élargir la problématique relative aux situations multi-religieuses et interculturelles d'aujourd'hui.

C'est dans le cadre de la recherche universitaire, qu’a eu lieu en octobre 2009, organisé par l'Institut de Formation à l'Etude et à l'Enseignement des Religions (Institut universitaire missionné sur le plan national) un symposium sur le thème :

"1989-2009 : le Fait religieux dans l'enseignement,
quels nouveaux enjeux éducatif pour la personne ?"


Sur la demande d'Eric de Labarre, Secrétaire général de l'Enseignement catholique, a été mis en place fin 2008/début 2009 un travail de diagnostic de la mission et de l'évolution des besoins.

Stève Lepleux a rejoint l’équipe comme responsable de la mission pour FORMIRIS à la rentrée 2009, René Nouailhat gardant la responsabilité de la mission du côté institutionnel du SGEC.

Stève Lepleux, René Nouailhat et Dominique Moreau
Novembre 2009

Créé le 21/11/2012
Modifié le 24/04/2013