Clarifier le concept de « culture religieuse » dans les établissements catholiques
Un travail collectif opportun de l'université catholique de Lyon sur la nature des activités relevant de la pastorale et celles relevant des disciplines d'enseignement.
L'essai de classification des actions de culture religieuse qui est proposée vise à déterminer, au-delà de la variété des situations, la nature propre des activités relevant spécifiquement de la pastorale et celles relevant des disciplines d'enseignement, et ce, dans le but d'éviter des ambiguïtés ou des confusions préjudiciables à une intelligibilité du religieux et à sa mise en œuvre dans l'institution scolaire catholique.

1 - COMPLEXITÉ DE CE CONCEPT A TRAVERS LA PRATIQUE DES ÉTABLISSEMENTS

L'analyse de la pratique des établissements de l'enseignement catholique révèle des conceptions différentes de la “Culture religieuse”

1.1) Quant aux objectifs et aux contenus
Pour certains, il s'agit du prolongement d'un enseignement de type catéchistique mettant en relation “Culture et foi” Pour d'autres, il s'agit de fournir une information sur les religions.
Pour d'autres encore, ceci correspond à la mise en place de groupes de réflexion éthique.
Pour d'autres enfin, il s'agit, à l'intérieur des disciplines, de développer la dimension religieuse de la culture.

1.2) Quant aux prescripteurs ou initiateurs
Les initiatives de culture religieuse sont prises soit par :
- le chef d'établissement,
- l'animateur en pastorale en relation avec les activités de catéchèse ou d'aumônerie.
- un enseignant à l'intérieur de sa discipline, en relation avec le programme officiel ou le programme d'année qu'il se fixe.
De ce fait, ces initiatives n'ont pas la même signification, pour les élèves comme pour les enseignants, ce qui entraîne des ambiguïtés et demande que soit clarifiée qui a la responsabilité institutionnelle de la culture religieuse, quelles sont les instances qui la gèrent, qui la mettent en application.

1.3) Quant aux conditions de réalisation
S'il s'agit d'une initiative de la "Pastorale", les activités de culture religieuse ont lieu dans un temps situé " hors emploi du temps des classes " et les intervenants sont tous "volontaires ou bénévoles", qu'il s'agisse d'animateurs catéchistes, de parents ou d'enseignants.
S'il s'agit d'une initiative de la direction des études ou d'un enseignant dans sa discipline, les activités de culture religieuse ont lieu dans "l'emploi du temps des classes" et les intervenants sont les enseignants dans leur temps de service (et selon le "tableau de service") qu'il s'agisse d'une activité strictement disciplinaire ou d'une activité interdisciplinaire.
Parfois et à l'initiative de chefs d'établissement, les activités sont faites pour suppléer à la faiblesse ou à l'inadéquation de la proposition catéchistique.

2 - NÉCESSITÉ D’UNE CLARIFICATION

Une clarification est nécessaire pour :
- la sérénité des esprits tout d'abord, ceux des élèves comme ceux des enseignants, car les soupçons de récupération, voir d'endoctrinement, sont importants lorsque le " religieux " est en cause.
- une mobilisation professionnelle transparente et efficace des différents acteurs, grâce à la précision des objectifs, à la définition des compétences et au repérage des responsabilités institutionnelles.

2.1) Quant aux objectifs et aux contenus
Vu du côté de la pastorale, l'objectif est nécessairement la mise en œuvre de la vie chrétienne par l'exercice de la foi, de l'espérance et de la charité. Il s'agit d'ouvrir ou d'aiguiser le regard du croyant chrétien sur le monde.
Par conséquent, s'agissant de la "culture religieuse", l'objectif, pour la Pastorale, est de développer la dimension culturelle de la foi.
Ainsi, dans une visite de cathédrale, ou dans la lecture d'un tableau de Rembrandt, on découvre des expressions de foi qui peuvent nourrir ou interpeller notre recherche de foi aujourd'hui. Dans la rencontre des autres religions, Il s'agit d'éduquer le regard chrétien sur les autres cultures et les autres croyances et de voir comment un croyant chrétien peut se situer dans le dialogue avec les autres religions. Il s'agit de favoriser l'intelligence de la foi et des pratiques chrétiennes et développer la sensibilité au spirituel.

Vu du côté de l'enseignement des disciplines, l'objectif est culturel. Il s'agit d'ouvrir les élèves sur les productions humaines qui expriment les différents regards que l'homme porte sur le monde et les différentes manières dont il engage son existence, à travers les événements de l'histoire, les œuvres littéraires ou philosophiques, les langues et civilisations. L'objectif est l'intelligibilité de ces productions.

S'agissant de la "culture religieuse", l'enseignement des disciplines prend en compte le "fait religieux" inscrit dans ses productions humaines. Le "religieux" est ici saisi comme une dimension de l'être humain anthropologique et comme l'une des réponses qu'il donne aux grandes questions de son existence.

L'objectif est donc la prise en compte de la dimension religieuse de la culture et l'intelligibilité du religieux. Il s'agit de faire découvrir le sens, non de susciter une adhésion.
 
2.2) Quant aux responsabilités institutionnelles
Le chef d'établissement : il porte une double responsabilité :
- l'une relève des autorités académiques, "il assume la responsabilité de l'établissement, de la vie scolaire" ; il doit veiller en conséquence à ce que "l'enseignement soit dispensé selon les règles et programmes de l'enseignement public".
- l'autre relève de l'autorité diocésaine. II s'agit de "la responsabilité pastorale" confiée par une "lettre de mission" signée de l'évêque. Il en répond devant la Tutelle.
En ce qui concerne la "culture religieuse", le chef d'établissement en assume la responsabilité selon les deux missions (pédagogique et pastorale) qui lui sont confiées et selon les objectifs qui lui incombent tels que précédemment définis.

L'animateur en pastorale scolaire (APS) nommé par l'autorité diocésaine avec lettre de mission, il est le collaborateur du chef d'établissement pour l'aider à honorer le "caractère propre" de l'établissement. Sa mission se situe dans le cadre de la responsabilité ecclésiale du chef d'établissement.
Il anime auprès du chef d'établissement l'équipe d'animation pastorale. Délégué par le chef d'établissement, il suscite et anime la communauté chrétienne de l'établissement.
Les initiatives de culture religieuse qu'il peut prendre s'inscrivent normalement dans le cadre de cette mission et ont, pour finalité, le développement de la vie chrétienne des élèves.

Les enseignants : "l'enseignant sous contrat d'association conclut avec l'autorité administrative un contrat administratif individuel qui le lie à l'État". Il est par conséquent tenu de dispenser son enseignement " selon les règles et programmes de l'enseignement public " concernant sa discipline.
En ce qui concerne la "culture religieuse", il s'agit pour lui, de faire apparaître et de rendre intelligible la dimension religieuse (parfois sous-jacente) des œuvres ou des événements étudiés conformément au programme. Ce travail de "culture religieuse" relève de la compétence disciplinaire de tout enseignant, seul ou en équipe, sous la responsabilité du chef d'établissement.

Il est à noter que ce travail pédagogique n'est pas propre à l'enseignement catholique, il se développe au sein de renseignement public depuis plusieurs années et les nouveaux programmes officiels - notamment en histoire - donnent davantage de place au " fait religieux " et aux œuvres du patrimoine religieux.

2.3) Quant aux activités spécifiques de "culture religieuse"
Leur caractère spécifique est déterminé par l'autorité institutionnelle qui l'initie et par les objectifs et finalités qui lui sont propres.

A) Les cours de culture religieuse initiés par la Pastorale ont une finalité confessionnelle chrétienne. Les intervenants travaillent à l'initiative et sous la responsabilité de l'animateur en pastorale. Les enseignants y apportent leur compétence mais dans un statut de bénévole. Les contributions peuvent se réaliser seul ou en équipe. Il en va de même pour les groupes de réflexion éthique s'ils sont initiés par la Pastorale.

B) Les interventions de "culture religieuse" dispensés à l'intérieur des cours d'une discipline ont une finalité culturelle, elles s'inscrivent dans le programme d'enseignement. Des séquences interdisciplinaires de "culture religieuse" peuvent être organisées à l'initiative du chef d'établissement, du directeur des études ou de plusieurs enseignants. Il s'agit alors d'aborder l'étude d'un événement ou d'une œuvre pour en dégager la signification religieuse en utilisant les approches complémentaires de différentes disciplines. Chaque enseignant participe à ce travail au titre de la responsabilité de sa discipline et, normalement, dans son temps de service
L'animateur en pastorale peut éventuellement s'associer à un travail interdisciplinaire. Sa présence peut se justifier au nom de sa compétence en "religion" et il apporte sa contribution à ce titre, en tant "qu'enseignant en religion" et non au titre de sa mission.
L'objectif, ici aussi, est culturel.

Ce tableau met en rapport pour chaque secteur défini les actions de "culture religieuse" avec les objectifs et les responsabilités.

3 - SUGGESTIONS POUR UNE MISE EN OEUVRE

Disposer d'une classification des actions ne suffit pas. Il est indispensable, quand on met en œuvre une action de "culture religieuse", de clarifier qui en prend l'initiative, avec quelle responsabilité institutionnelle et quel objectif. Cette action de clarification est d'autant plus nécessaire que vont se développer des actions de culture religieuse dans la discipline. Il arrive souvent que ce soit la Pastorale qui ait la préoccupation de la "culture religieuse" et qui prenne des initiatives pour sa mise en œuvre. Il est indispensable que l'animateur en Pastorale soit conscient des distinctions qui viennent d'être établies, des différents niveaux de responsabilité institutionnelle et de la spécificité des objectifs à chacun des niveaux. La "réussite" de sa mission propre passe par cette clarification. Il favorise ainsi la prise de responsabilité des enseignants dans leur propre discipline. Cette attitude d'attention à ce qui se pratique disciplinairement dans les classes ne peut que faciliter sa propre mission.

Le chef d'établissement, soucieux de mettre en œuvre la "culture religieuse" et prenant en compte de surcroît les instructions officielles peut mobiliser l'équipe enseignante et les cadres éducatifs. Pour ce faire il a tout avantage à mettre en place un dispositif qui peut être celui-ci :
a) Inciter les enseignants à développer la dimension religieuse dans leur discipline.
b) Mobiliser les enseignants autour de séquences de formation interdisciplinaire.
c) Mettre en place un dispositif de formation (journée pédagogique de sensibilisation, de clarification de concepts), prévoir la participation d'un certain nombre d'enseignants à des actions de formation (ateliers, stages) centrée sur l'intelligibilité du religieux dans leur discipline, sur l'histoire des religions, sur la Littérature des religions... Sans oublier les stages de formation où sont abordées dans leur spécificité les questions relatives à l'interdisciplinarité.

Gire P., Sercy A., Descouleurs B., Tourrel J.-P., Gerfaud J.-P.
1er janvier 1999
Créé le 21/11/2012
Modifié le 21/11/2012