La monarchie absolue de droit divin au temps de Louis XIV : Séquence pédagogique
A partir des textes historiques, d'une peinture et d'une bande dessinée, il s'agit de mettre en évidence ce qui relève du politique et du religieux sous Louis XIV. Cette séquence s'adresse aux élèves de seconde de LE.

Problématique

- Qu'est-ce que la monarchie de droit divin ?
- Comment ce régime politique fonctionne-t-il à son apogée, sous le règne de Louis XIV : relations du politique et du religieux, limites du pouvoir ?

Objectifs

Etre capable :
- D'analyser des textes historiques, une peinture, une bande dessinée ;
- De mettre en évidence ce qui relève respectivement du politique et du religieux dans un tableau récapitulatif.

Mots et notions - clés

Etre capable de définir, puis de mémoriser les mots et expressions suivants :

Absolutisme, droit divin, souverain, souveraineté, onction, sacre, monarque, monarchie, liberté, privilèges, ordres, privilégiés, société d'ordres, pays d'Etat, pays d'élection, lit de justice, parlements, lois fondamentales du royaume.

Repères bibliographiques

Indiquer ceux du manuel utilisé en classe
 

ELEMENTS D'INFORMATION A DESTINATION DE L'ENSEIGNANT POUR LA REALISATION DE LA SEQUENCE

Les étapes de la séquence (Les grilles d'analyse des documents utilisés ici sont données en annexes).

Séance n° 1 : 45 à 50 minutes

Introduction : remue-méninges : qu'est-ce qui vient spontanément à l'esprit des élèves qui entendent " monarchie absolue de droit divin " ?
Recueil des idées au tableau.
Classement pour introduire la problématique et les objectifs, en fonction de ce qui a été dit par les jeunes.
Présentation de la fiche d'unité d'apprentissage.
 

Séance n° 2 : 2 heures

Le pouvoir absolu de droit divin à l'époque de Louis XIV

1 - Le droit divin

1.1) Analyse de la peinture de Hyacinthe Rigaud : Louis XIV en costume de sacre (voir annexe 5).

Repérage des objets qui symbolisent le droit divin.

Analyse de la bande dessinée qui présente le sacre d'un roi de France (voir annexe 4).

Mise en évidence ce qui relève du religieux et ce qui relève du politique dans les différentes étapes de la cérémonie.

1.2) Les sources du droit divin et du sacre : La Bible : au choix : premier livre de Samuel, 16, 6 et 10 - 13 ; Première Epître de Saint - Pierre, 2, 13 - 17 ; Epître de saint Paul aux Romains, 13, 1 - 7 (voir annexe 1).

Le baptême de Clovis : un des textes de l'annexe 2 ; l'image de l'annexe 4.
 

Séance n° 3 : 2 heures

2 - L'absolutisme

2.1) Le gallicanisme (cours magistral)

Dès le Moyen - Age

  • Les monarques s'opposent aux papes sur les rapports entre le temporel et le spirituel, dans l'exercice du pouvoir.
  • Pour les papes, l'autorité suprême, qui vient de Dieu, est détenue par la royauté elle-même, et non personnellement par le monarque : " Le roi est mort, vive le roi ".
  • Pour les rois, l'autorité suprême leur appartient dans leur propre personne : " ce qui plaît aux princes vaut loi. "
  • Au siècle de Louis XIV, c'est le point de vue des monarques qui l'a emporté.
    Analyse du texte " de Louis XIV : " Mémoire pour l'Instruction du Dauphin ". (voir annexe 7).
  • Le pouvoir pontifical tenu à l'écart : analyse de la Déclaration des 4 articles (texte rédigé par Bossuet) où s'exprime le gallicanisme de la France (voir annexe 5).

    Expression du gallicanisme.

    Cf. dans lexique la définition à retenir et à donner aux élèves du gallicanisme, après étude du texte.

    2.2) L'organisation du pouvoir politique sous Louis XIV

    Organigramme à fournir aux élèves sur une feuille séparée.

    Faire colorier aux élèves, après avoir construit la légende au bas de l'organigramme :

    - en bleu ce qui relève du pouvoir local et provincial,
    - en rouge ce qui relève du pouvoir central,
    - faire hachurer de 3 manières différentes (stries obliques, horizontales et verticales, à l'encre noire), ce qui relève du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif et du pouvoir judicaire.

    Que peut-on alors observer quant à la répartition des pouvoirs dans ce régime politique ?

    La souveraineté est détenue par le monarque : absolutisme, à relier avec le droit divin défini plus haut.

    Mais des limites existent à cet absolutisme.

    2.3) Un roi, une loi, une foi (cours magistral)

    Le catholicisme, religion du roi est obligatoirement la religion du peuple.

    Les juifs, présents dans le royaume de France, n'ont pas d'existence légale reconnue.

    Les protestants sont réprimés sous le règne de Louis XIV : les dragonnades (cf. illustrations dans les manuels et définition du terme dans le lexique), et la révocation de l'Edit de Nantes (18 octobre 1685).
     

    Séance n° 4 : 50 minutes

    Cours magistral à construire à partir des connaissances présentées plus haut.

    3 - Les limites du pouvoir et leur évolution

    3.1) Les lois fondamentales du royaume.

    Les lois d'Etat.

    Le maintien de libertés collectives, privilèges, structures administratives des époques précédentes : privilèges, pays d'Etat, pays d'élection.

    Les parlements : droit de remontrance et lit de justice.

    3.2) L'obligation du souverain de se soumettre aux lois divines (Décalogue)

    3.3) Le durcissement du pouvoir royal : analyse du texte (voir annexe 9).
     

    4 - CONCLUSION

    Le politique et le religieux dans la monarchie absolue de droit divin

    Cet enchevêtrement du politique et du religieux dans la monarchie absolue de droit divin explique en partie les évènements de la Révolution Française et du XIXème siècle en France.

    Claude Blocquaux
    Professeur certifiée d'Histoire-Géographie
    15 février 2006

    Créé le 16/02/2012
    Modifié le 28/09/2012