Religion et culture : approche philosophique
La philosophie s'est toujours préoccupée du rapport de l'homme au religieux. Comment une religion, comme le christianisme, s'inscrit-elle dans l'histoire et la culture humaines et comment modèle-t-elle cette culture des traits propres qui la caractérisent ?
II n'est pas de religion, au monde, en dehors de l'espace-temps culturel où les hommes affirment, de quelque manière, leur créativité. Toute religion - l'histoire de l'humanité le révèle - reste nécessairement inscrite dans un contexte culturel, parce qu'elle demeure référée à une dimension anthropologique fondamentale de l'être humain capable de s'objectiver dans ses créations : la dimension du Sacré ou de l'ouverture à la Transcendance, qui se reconnaît dans le déploiement diversifié d'un univers symbolique.

Comme toute autre religion (définie en raison de son lien à la Transcendance, par un sens, des pratiques et une organisation sociale), le christianisme s'introduit dans l'épaisseur historique de la culture, générant en vertu de sa Tradition, ses propres expressions particulières. Mais en raison de son monothéisme, en sa spécificité théologique, il exprime sa prétention à l'universalité et sa distanciation eu égard aux multiples champs culturels où il se pose. Sans doute y a-t-il là une sorte de paradoxe qui exige que soient nouées son immanence dans la réalité culturelle et sa transcendance sur toute figuration contingente.

A partir de "cette coïncidence des opposés" qui caractérise le fait chrétien, il est possible d'envisager la position du Christianisme dans le devenir de l'humanité, sur un plan transcendantal, et, probablement, d'apercevoir ce qu'apporte d'original la religion chrétienne au sein même des cultures qu'elle traverse.

SOMMAIRE

1 - Inscription du christianisme dans l'humanité : incarnation d'une religion dans l'incarnation
2 - En Occident, le rapport d'immanence du christianisme à l'humanité : des thématiques récurrentes
3 - En Occident, le rapport de transcendance du christianisme à l'humanité : liberté d'une religion de l'appel

Pierre Gire
Faculté de philosophie de l'Université Catholique de Lyon
1er décembre 1999

Pour lire l'intégralité de cette contribution, cliquez ici.
Créé le 06/02/2012
Modifié le 06/02/2012